L'étude TEEB veut réconcilier entreprises et biodiversité

Le 15 juillet 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Aux entreprises qui hésiteraient encore à prendre en compte la biodiversité dans leur stratégie, l’étude «TEEB for Business» publiée le 13 juillet, risque bien de les faire changer d’avis.

Le rapport, hébergé par le programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et soutenu financièrement par la commission européenne plaide vivement « en faveur d'une prise en compte de la biodiversité dans les plans d'entreprise et les activités premières du secteur privé à travers le monde ». En la matière, la situation actuelle n’est pas mirobolante. Janez Poto?nik, membre de la Commission européenne chargé de l’environnement a regretté que «malgré les quelques réussites enregistrées au niveau local et une sensibilité croissante au problème, le rythme d'appauvrissement de la biodiversité ne semble pas ralentir » dans un communiqué du 13 juillet.

Cités à titre d’exemple, les groupes Wal-Mart, Coca-Cola ou Rio Tinto (géant minier anglo-australien) -pourtant peu connus pour leurs actions en faveur de l’environnement- ont déjà enclenché des programmes dans lesquels il s’engageant à avoir un « impact positif net » sur la biodiversité, notamment via des mesures de compensation. Encore trop marginales, ces initiatives ne tiennent qu’à être développées. L’étude TEEB démontre les bénéfices d’un engagement des entreprises en ce sens.

Argument phare pour convaincre les plus sceptiques : la forte croissance dans le secteur des produits et des services porteurs d’un label écologique (pour les produits agricoles certifiés : marché de 40 milliards de dollars en 2008, estimé à 210 milliards en 2020 et 900 milliards en 2050). La production durable suscite un intérêt croissant des consommateurs. Le message est clair, les entreprises ont tout à gagner à investir sur ce marché qui pourrait atteindre en 2050 entre 2 et 6 millions de millions de dollars, selon les estimations du cabinet PricewaterhouseCoopers. La moitié de ce montant est cependant constituée d'«investissements supplémentaires dans le secteur de l'énergie qui visent à réduire les émissions de carbone».

Ce rapport concernant les entreprises est publié dans le cadre d’une série d’études présentées pendant l’année internationale de la biodiversité. Il sera intégré au document de synthèse final de l'étude TEEB, consacrée à l'économie des écosystèmes et de la biodiversité et pilotée par l’économiste Pavan Sukhdev, diffusé lors de la réunion de la Convention sur la diversité biologique de Nagoya au Japon en octobre. « La façon dont ces entreprises prendront en compte ces risques, réalités et opportunités déterminera leur rentabilité, leur image sur le marché et leur modèle de développement », a déclaré Achim Steiner, secrétaire général adjoint des Nations Unies et directeur exécutif du PNUE dans un communiqué du 13 juillet.

L’étude recommande 7 grandes pistes afin d’aider les entreprises à réduire leur impact sur la biodiversité et à exploiter les perspectives liées aux services rendus par les écosystèmes. Parmi ces axes de travail, la mesure des risques et la dépendance des entreprises à l’égard de la biodiversité, la mise au point de systèmes d’information sur ce thème, ou la collaboration avec les Etats, ONG et société civile… Le rapport appelle également à l’élaboration de nouveaux outils comptables et d'évaluation des sociétés prenant en compte les impacts positifs et négatifs sur la biodiversité.

Mais les entrepreneurs états-uniens et européens sont mis en garde. 45% de leurs homologues africains et 50% en Amérique latine estiment que l’appauvrissement de la biodiversité est une menace pour la croissance économique. En Europe, ils ne sont que 20% à le penser. Mieux vaudrait pour eux de rapidement changer de point de vue. D’autant qu’il est prouvé dans l’étude que « les dirigeants qui ne réussiront pas à intégrer la gestion durable de la biodiversité dans leurs projets d’entreprise seront de plus en plus dépassés sur le marché ».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus