L’Etat vend son gaz pour sauver son nucléaire

Le 11 janvier 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'EPR d'Olkiluoto, le premier fiasco d'Areva.
L'EPR d'Olkiluoto, le premier fiasco d'Areva.
VLDT

L’APE a cédé 4% du capital d’Engie pour financer le prêt que l’Etat va accorder à Areva.

 

Voilà qui pourrait mettre en émoi les partisans d’une égalité de traitement entre les sources de production d’énergie. Car l’Etat se désengage du capital d’Engie, énergéticien résolument engagé dans la transition énergétique, pour sauver la filière nucléaire tricolore, au bord de la faillite.

L’Etat toujours actionnaire de référence d’Engie

Mardi 10 janvier, l’Agence des participations de l’Etat (APE) a annoncé avoir cédé sur le marché 100 millions d’actions du groupe dirigé par Isabelle Kocher, soit 4,1% du capital. «Cette opération rapportera à l’Etat 1,14 milliard d’euros. Au terme de ce placement, l’Etat détient, au travers de l’Agence des participations de l’Etat, 28,7% du capital et 32,6% des droits de vote d’Engie», précise l’APE.

3,3 milliards de prêts

Cet argent financera une partie du prêt de 3,3 Md€ que Bercy va consentir à Areva, dans l’attente d’une injection massive de capitaux publics dans le capital de l’ex-leader mondial du nucléaire. Selon la décision publiée mardi 10 janvier par la Commission européenne, Paris devra attendre le feu vert donné à la réalisation de l’EPR de Flamanville par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avant de pouvoir mettre la main au portefeuille.

Incapable de faire face à ses remboursements d’emprunts, Areva a un rapide besoin d’argent frais. Un besoin qui sera dans un premier temps comblé par un prêt; dans un second temps, par une augmentation du capital, souscrite par l’Etat.

Reste à financer les 5 autres milliards que l’Etat veut injecter dans EDF pour financer, notamment, la construction des deux EPR de Hinkley Point, le Grand Carénage de son parc nucléaire hexagonal, le rachat de la division réacteur d’Areva (Areva NP) et les retards dans la réalisation de Flamanville 3.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus