L’Etat se désengage financièrement d’Engie

Le 06 septembre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Etat devrait rester l'actionnaire de référence d'Engie.
L'Etat devrait rester l'actionnaire de référence d'Engie.
Engie

Bercy a ainsi engrangé pour 1,5 milliard d’euros.

La vague de désengagement de l’Etat de certaines entreprises, promises par le Premier ministre Edouard Philippe, a démarré.

Mardi 5 septembre, l’Agence des participations de l’Etat a annoncé avoir cédé à des investisseurs institutionnels 99,9 millions d’actions d’Engie. L’APE a, par ailleurs, vendu à l’énergéticien 11,1 millions de ses actions, soit 0,46% du capital. Elles seront ultérieurement proposées par l’entreprise à ses salariés et anciens salariés éligibles.

111 millions d'actions

Au total l’Etat a donc cédé 111 millions de titres pour un montant d’environ 1,53 milliards d’euros. Cette manne devrait abonder le futur fonds de soutien à l’innovation.

Au terme de cette deuxième session de titres Engie de l’année[1], l’Etat détient toujours 24,1% du capital et 27,6% des droits de vote de l’énergéticien. Miracle de la loi du 29 mars 2014, ces droits de vote devraient doubler si l’Etat les conserve au moins deux ans. Ce qui lui permettra de rester l’actionnaire de référence de l’ancien gazier historique.

Fonds de soutien à l'innovation

Le futur fonds de soutien à l’innovation devant être doté de 10 Md€, d’autres cessions de titres sont à prévoir. Aéroports de Paris, Safran, Orange ou Renault sont les entreprises le plus fréquemment citées par les analystes.



[1] Le 10 janvier dernier, l’Etat avait déjà cédé 4% des actions du groupe pour un montant supérieur à 1 milliard d’euros.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus