L'Etat doit informer sur le désamiantage du Clémenceau

Le 19 mai 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le gouvernement va devoir communiquer le contrat passé avec la société Ship decomissioning industries corporation (SDI) concernant le désamiantage du porte-avions Clémenceau à l'Association nationale des victimes de l'amiante (Andeva) et à Greenpeace, selon le jugement de la cour d'appel de Paris du 22 avril. L'échéance a été fixée au 23 juin 2004 au plus tard, au-delà il devra verser une peine d'astreinte de 1.500 euros par jour. Les deux associations s'opposent au départ du porte-avions vers l'Inde où doivent s'effectuer les travaux de nettoyage, en raison d'un manque de formation et d'équipement du personnel indien. Sans oublier que ce départ irait à l'encontre de la Convention de Bâle sur les mouvements transfrontaliers et de l'interdiction d'exporter des déchets lorsque le prestataire étranger ne dispose pas des compétences pour les traiter.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus