L’état des masses d’eau se dégrade en Europe

Le 04 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
40% seulement des eaux de surface affichent un bon état écologique
40% seulement des eaux de surface affichent un bon état écologique

 

Seulement 40% des masses d’eau de l’Union européenne atteignent un bon état écologique et 38% un bon état chimique, selon le rapport publié le 3 juillet par l’Agence européenne de l’environnement (AEE).

Pour son deuxième rapport sur l’état des masses d’eau, l’AEE commence par une note positive. «Les Etats membres ont déployé des efforts considérables pour améliorer la qualité de l’eau, en renforçant le traitement des eaux usées, et en réduisant le ruissellement des polluants agricoles», affirme-t-elle. Les chiffres, eux, sont peu reluisants avec seulement 40% des lacs, rivières, estuaires et eaux côtières européens -surveillés entre 2010 et 2015[1]- ayant atteint un «bon état» ou un «très bon état» écologique au sens de la directive-cadre sur l’eau (DCE). C’est même un peu moins qu’en 2012, puisque 42% étaient en bon état, selon le premier rapport d’évaluation des masses d’eau publié par l’Agence. On est encore loin des 100% préconisés par la DCE pour... 2015.

 

Meilleurs résultats au nord

Le nord de l’Europe s’en sort mieux, en particulier le nord de la Scandinavie, l’Ecosse, et l’Estonie. De bons résultats sont aussi atteints en Slovaquie, en Roumanie et dans quelques districts de la région méditerranéenne. A l’inverse, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas sont plus mal lotis, agriculture intensive et forte densité de population obligent.

 

46% des eaux en piètre état chimique

Au niveau chimique, 38% seulement des eaux de surface contrôlées sont en bon état. Alors que 16% sont dans un état inconnu, 46% affichent un mauvais état (contre 25% en 2012), le plus souvent à cause d’une contamination au mercure, issu des anciens thermomètres, piles et peintures, et au cadmium, utilisé dans les engrais phosphatés et l’industrie métallurgique. Au total, l’Agence a répertorié 160 polluants, dont les concentrations dépassent, dans certaines zones, les plafonds autorisés dans l’UE.

 

Les eaux souterraines en meilleur état

Comme d’habitude, les eaux souterraines affichent de meilleurs résultats. 89% d’entre elles sont déclarées dans un bon état quantitatif et 74% dans un bon état chimique. Les masses d’eau en mauvais état sont contaminées par les nitrates provenant des ruissellements agricoles, par les intrusions salines et par l’infiltration de produits chimiques provenant de sites pollués, comme des installations industrielles, des zones minières ou des sites de stockage de déchets.

 

«Un avertissement sérieux»

Au final, le tableau reste noir, comme l’a souligné le Bureau européen de l’environnement (BEE), qui fédère plusieurs ONG de l’UE. «Alors que les écosystèmes d’eau douce sont essentiels pour notre santé, notre bien-être, notre économie et notre faune, ces résultats inquiétants devraient représenter un avertissement sérieux pour les décideurs européens», écrit-elle dans un communiqué.

 



[1] Cela représente 130.000 masses d’eau de surface et souterraines sur la base des données recueillies au sein de 160 plans de gestion de district hydrographique. A noter que la Grèce, l’Irlande, la Lituanie et certaines régions d’Espagne.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus