L'état des eaux est globalement stable en Corse

Le 22 septembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Certaines lagunes sont toutefois dégradées, comme l'étang de Palu, sur la côte orientale, en état "médiocre"
Certaines lagunes sont toutefois dégradées, comme l'étang de Palu, sur la côte orientale, en état "médiocre"

L’Agence de l’eau Rhône-Méditerrané-Corse (RMC) a dressé, le 21 septembre, le bilan de l’état des eaux en Corse. Si les rivières et les nappes souterraines sont globalement en bon état, les lagunes littorales sont fortement dégradées.

 

L’état écologique du bassin corse reste globalement stable dans l’île de Beauté. Selon l’Agence RMC, 83% des masses d’eau superficielles ont affiché l’an dernier un ‘bon’ ou ‘très bon’ état écologique, contre 86% en 2009. Toutefois, 6 masses d’eau côtières, représentant 10% du linéaire côtier, sont moins bien loties, montrant un état « moyen » à cause de l’altération des habitats, dont l’herbier de posidonies. C’est pire pour 4 lagunes. L’étang de Biguglia, au sud de Bastia, est en ‘mauvais’ état écologique. Ceux de Palu et d’Urbino (côte est) affichent un état ‘médiocre’ et celui de Diana, au nord d’Aléria, est ‘moyen’.

Au niveau chimique, les résultats sont globalement mauvais dans les 4 lagunes ainsi que 2 masses d’eau côtières à cause des pesticides issus des activités agricoles.

Quant aux nappes souterraines, 93% affichent un bon état quantitatif. Seule la nappe des alluvions de la plaine de la Marana-Casinca, sur la côte orientale est ‘en situation tendue’.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus