L’est des Etats-Unis s’enfonce doucement

Le 11 septembre 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La mer monte, les côtes s'enfoncent
La mer monte, les côtes s'enfoncent

La côte est des Etats-Unis est de plus en plus menacée par les inondations, avec une baisse continue de son niveau par rapport à la mer, selon une étude publiée lundi 11 septembre dans la revue Scientific Reports.

Chaque année, la mer s’élève désormais de 3 millimètres sur les côtes de Virginie, de Caroline du Nord et de Caroline du Sud, les plus menacées par la montée des eaux sur la côte atlantique américaine. Dans une étude associant marégraphes, mesures GPS, étude du niveau des aquifères et modélisation géologique, Makan Karegar, chercheur en géosciences à l’University of South Florida (Tampa), et ses collègues montrent que les raisons en sont nombreuses.

Elles sont avant tout géologiques: lors du dernier âge glaciaire, il y a 20.000 ans, une grande partie du Canada était enfouie sous une épaisse couche de glace, dont le poids a rehaussé les terres adjacentes. Parmi elles, l’est des Etats-Unis qui, depuis la fonte de cette calotte, voit son niveau lentement mais sûrement baisser.

Autre facteur, l’activité humaine, en particulier le pompage des aquifères, contribue aussi à l’affaissement des zones côtières. Mais aussi la pose de barrages, lorsqu’ils sont trop proches des côtes. Sans oublier la fonte du Groenland, qui accélère la montée des eaux.

-60 centimètres en 300 ans

Selon les chercheurs, les villes de l’est des Etats-Unis auraient ainsi baissé de 60 centimètres depuis leur construction aux 16ème et 17ème siècles. Les trois quarts de cette baisse (environ 45 centimètres) seraient dus au facteur géologique, tandis que les 15 centimètres restants sont liés à la fonte du Groenland depuis le début du 20ème siècle. Or cet affaissement s’est encore accéléré ces dernières années, du fait de l’extraction d’eau dans les nappes.

«Même si le pompage des aquifères se réduit, le nombre d’inondations continuera à augmenter», prédit Makan Karegar.  «Les montants qui devront être dépensés pour réparer les dommages montrent que les Etats-Unis ont particulièrement intérêt à combattre le réchauffement de toutes leurs forces», ajoute-t-il.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus