L’Espagne doit faire fonctionner la planche à quotas

Le 07 janvier 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’Espagne est le premier pays industrialisé à envisager l’achat massif de quotas de CO2 pour rentrer dans les clous du protocole de Kyoto. Le pays vient d’acheter 6 millions de tonnes de CO2 à la Hongrie, et des négociations sont en cours avec les Etats baltes, la Pologne, la République tchèque et l’Ukraine, , relate Le Monde dans son édition du 2 janvier.

Dans le cadre du protocole de Kyoto, l’Espagne s’est vu attribuer un objectif de hausse de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) limité à 15% d’ici 2012 par rapport au niveau de 1990. En 2005, les émissions étaient supérieures de 52,5% à ce niveau.

L’achat de quotas de CO2 pourrait coûter entre 3,5 et 5,3 milliards d’euros à l’Etat espagnol, sans compter les 130 millions de tonnes de CO2 que devront acheter les entreprises du pays. L’Etat envisage aussi de dépenser 1,2 milliard d’euros pour 80 mécanismes de développement propre (MDP) dans des pays en voie de développement, destinés à compenser 15% de ses émissions annuelles.

Avant l’Espagne, la Belgique et le Japon s’étaient déjà procuré des quotas sur les marchés des droits à polluer, mais en petites quantités.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus