L’Espagne combat les émissions de CO2

Le 19 novembre 2004 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Espagne agit pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre alors que les derniers chiffres montrent que le pays est loin d'atteindre les critères du protocole de Kyoto.

La ministre espagnole de l'Environnement, Cristina Narbona, a annoncé en début de semaine la signature d'une convention avec la fédération des municipalités et provinces (FEMP) qui permettra d'aider les communes qui souhaitent agir pour l'environnement, en particulier en réduisant leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2). Un fond d'un million d'euros pour l'année 2005 devrait soutenir les différentes actions que les municipalités lanceront dans ce sens. La ministre a rappelé que les mairies «peuvent contribuer, et beaucoup» à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), notamment au travers de politiques urbaines qui facilitent la réduction des déplacements inutiles dans les villes, surtout en voiture. Cristina Narbona a rappelé que l'Espagne est à la traîne en ce qui concerne ses engagements pris à Kyoto en 1990. Elle aurait  dû augmenter ses émissions de GES seulement de 15%, or les chiffres montrent que ces émissions ont bondi de 40% depuis 1990. Une croix pour le ministère qui suggère que les mairies adoptent des ordonnances pour généraliser, par exemple, l'usage de l'énergie solaire dans les nouveaux bâtiments.

D'autre part, c'est aujourd'hui que Madrid devrait dévoiler le nom de la société qui sera chargée de gérer le registre national des droits d'émission de CO2. Charnière du dispositif des bourses européennes de droits d'émissions la gestion du registre a fait l'objet de négociations serrées avec le ministère de l'Environnement, entre les différents organismes susceptibles de remporter le contrôle d'un marché qui promet d'être juteux. L'ensemble des prévisions indiquent que ce sont les électriciens qui devraient être les principaux opérateurs du marché espagnol, qui dans le cadre du plan national d'allocation des quotas (PNAQ) ont recueilli un quota de 88 millions de tonnes de CO2, alors que le ministère de l'Environnement estime déjà qu'en 2006, le secteur devrait en produire quelque 94 millions de tonnes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus