L’érosion des sols: une menace sous-estimée

Le 14 février 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le sol est l’un des plus importants puits de carbone de la planète. Dans sa partie superficielle, rappelle le Year Book 2012 du Pnue, le sol contient environ 2.200 milliards de tonnes de carbone, soit trois fois le volume de carbone présent dans l’atmosphère.

Or les pratiques humaines contribuent tout à la fois à dénaturer les sols et à renforcer l’effet de serre. Le rapport annuel que le Pnue consacre à l’état de l’environnement mondial rappelle que le changement d’affectation des sols, comme la déforestation ou le drainage des tourbières, contribue à relâcher du carbone dans l’atmosphère. Inquiétant, si l’on se souvient que depuis le XIXe siècle, 60% du carbone contenu dans les sols a déjà été relâché dans l’air, du fait de l’urbanisation et de l’extension des zones agricoles.

Aujourd’hui, souligne l’agence onusienne, 24% des terres de la planète ont vu leur état écologique et leur productivité diminuer ces 25 dernières années. Sans un changement radical de nos pratiques agricoles et urbanistiques, indique le Pnue, 20% des écosystèmes des tourbières, des prairies et des forêts des pays en développement pourraient disparaître d’ici 2030. A lui seul, le drainage des tourbières émet 2 milliards de tonnes de CO2 par an, soit 4 fois les émissions françaises.

Coïncidence, au même moment, Bruxelles publie deux rapports, et appelle à lutter contre la dégradation des sols. Intitulé «The state of soil in Europe», le rapport du Centre commun de recherche de la Commission (JRC) rappelle quelques données préoccupantes.

Chaque jour, entre 1990 et 2006, 275 hectares de sols au moins ont été définitivement perdus du fait de leur imperméabilisation –le recouvrement de terres fertiles par du matériau imperméable– ce qui représente 1.000 kilomètres carrés par an ou une surface de la taille de Chypre tous les 10 ans. D’après les estimations, l'érosion des sols par l'eau affecte 1,3 million de km² en Europe, soit une superficie équivalant à deux fois et demie la taille de la France.

Support de l’évaluation de la stratégie thématique de la politique communautaire de protection des sols, le rapport stratégique sur «la mise en œuvre de la stratégie thématique en faveur de la protection des sols» ouvre quelques pistes.

Rappelant que la directive de 2006 reste, dans l’ensemble, peu appliquée, la Commission entend soutenir la recherche et la surveillance des sols, mettre au point des lignes directrices sur l'imperméabilisation des sols et prendre davantage en considération les aspects liés aux sols lors du prochain réexamen de la directive relative à l'évaluation des incidences sur l'environnement.

Bruxelles propose également que les émissions de gaz à effet de serre occasionnées par l’utilisation des terres, le changement d'affectation des terres et la foresterie soient comptabilisés dans les engagements pris par l'UE pour 2020 en matière de lutte contre le changement climatique. Elle suggère aussi que des travaux soient réalisés au niveau international pour encourager les initiatives dans le domaine des sols.
En attendant, le Parlement européen et le Conseil doivent donner leur avis sur le rapport stratégique. Avant que ne reprennent les discussions sur la révision de la directive.
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus