L’EPR mis en «stand by» par les Britanniques

Le 05 avril 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les autorités britanniques du nucléaire ont annoncé aujourd’hui mardi 5 avril un report de leur décision sur une autorisation de principe de la technologie EPR proposée par les groupes français Areva et EDF, afin de s'assurer que les «leçons ont été tirées des événements du Japon».

Selon la dépêche AFP, cette autorisation de principe, qui concerne également le réacteur AP1000 de l'Américain Westinghouse (groupe Toshiba) était attendue en juin.

Cette autorisation ne pourra plus intervenir qu'après la remise, en septembre, d'un rapport commandé par le gouvernement à un responsable du superviseur britannique du nucléaire, Mike Weightman, ont expliqué dans un communiqué conjoint les deux agences chargées du dossier.

Les deux agences concernées, la Direction de la santé et de la sécurité (HSE) et l'Agence de l'environnement, ont expliqué qu'elles avaient en conséquence «besoin de temps supplémentaire» pour se prononcer sur l'EPR et l'AP1000 et établir leurs recommandations.

Le groupe français EDF, qui a déjà arrêté son choix sur l'EPR, est sur les rangs pour construire au moins deux nouvelles centrales au Royaume-Uni. Il est notamment en compétition avec les groupes allemands E.ON et RWE, qui n'ont pas encore arrêté leur choix entre l'EPR et l'AP1000.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus