L’EPA veut moins d’ozone

Le 28 novembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En bleu foncé, les zones où le seuil de 70 ppb est dépassé
En bleu foncé, les zones où le seuil de 70 ppb est dépassé

Les Etats-Unis s’apprêtent à abaisser leur norme de qualité de l’air pour l’ozone, actuellement fixée à 75 ppb, jusqu’à 60 ppb. Selon l’Agence de protection de l’environnement (EPA), cela permettrait d’éviter jusqu’à 4.300 décès prématurés par an.

Gina McCarthy, directrice de l’EPA, l’a annoncé mercredi 26 novembre: le seuil d’ozone va être abaissé à une valeur comprise «entre 65 et 70 ppb», voire à 60 ppb. Une fois la proposition publiée au Federal Register, elle sera soumise à consultation publique pour une durée de 90 jours, avec une norme publiée le 1er octobre 2015. Selon leur niveau de pollution, les Etats auront de 2020 à 2037 pour s’y conformer.

«L’exposition à l’ozone à des niveaux inférieurs à 75 ppb –seuil actuel- pose déjà de sérieux problèmes pour la santé publique, aussi bien au niveau du système respiratoire –entraînant ou aggravant l’asthme et d’autres maladies pulmonaires-, et est liée à des décès prématurés de nature respiratoire ou cardiovasculaire», rappelle l’EPA.

 

Un dollar investi, 3 épargnés

Selon une analyse de la littérature menée par l’agence, un seuil fixé entre 65 ppb et 70 ppb serait bénéfique aussi bien chez les enfants, en prévenant jusqu’à 960.000 crises d’asthme par an et un million de jours d’école manqués, que chez les adultes, en évitant jusqu’à 4.300 décès prématurés et 180.000 jours d’arrêt-maladie. Bilan: tout dollar investi afin de respecter le nouveau seuil permettra d’en économiser 3 en coûts de santé.

Dans l’UE, c’est le seuil de 60 ppb –équivalent à 120 µg/m3 d’air- qui est en cours depuis 2010. Il s’agit d’une moyenne maximale sur une période de 8 heures (comme aux Etats-Unis), à ne pas dépasser plus de 25 jours par année civile, avec une moyenne calculée sur 3 ans.

Outre le risque sanitaire, l’ozone constitue un véritable danger pour l’agriculture mondiale. Selon une étude de 2009 citée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) dans son dernier rapport, l’élévation du niveau d’ozone au cours de l’ère industrielle a sévèrement amputé les rendements agricoles de plusieurs grandes cultures: -10% pour le blé et le maïs, -3% à -5% pour le soja et le riz.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus