L’EPA révoque le permis d’une mine de charbon

Le 14 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

C’est une première qui fait du bruit. Jeudi 13 janvier, l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA selon l’acronyme américain) a révoqué le permis d’exploitation de la mine de charbon « Spruce Number One », en Virginie occidentale. Cette autorisation avait été délivrée, en 2007, par l’US Army Corps of Engineers à Arch Coal, pour une période de 10 ans.

 

Problème, la compagnie minière souhaitait dynamiter le sommet des collines, sur plus d’un millier d’hectares, pour accéder aux veines de charbon. Une technique inacceptable pour l’EPA. Après une année de tractations, Washington a finit par révoquer le permis, au nom du Clean Water Act.

 

L’agence fédérale estime, en effet, que la destruction des collines entrainera une destruction de l’environnement, de la faune et de la flore, incompatible avec une pratique minière durable. L’EPA s’oppose aussi à ce que des millions de tonnes de gravats et de résidus miniers soient déversées dans plusieurs rivières proches du site, comme le proposait Arch Coal.

 

La compagnie a immédiatement annoncé son intention de contester cette décision en justice. Ancien gouverneur et actuel sénateur de Virginie occidentale, Joe Manchin a eu des mots très durs pour l’EPA : « La décision de l’EPA est non seulement fondamentalement mauvaise, mais cet acte, sans précédent, du gouvernement fédéral va coûter à notre Etat et à notre nation plus d’emplois que la pire des récessions que nous ayons connue. » L’ouverture de la mine aurait permis la création de 250 emplois de mineurs, selon Arch Coal.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus