L’EPA retarde la réglementation des émissions de polluants

Le 18 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’administration américaine a décidé, selon un article du quotidien Los Angeles Times publié le 16 mai dernier, de retarder la mise en place d’une mesure de réduction des émissions de polluants des centrales des plus grosses industries du pays.

La décision de l’agence de l’environnement (EPA, selon l’acronyme anglais) arrive trois jours après que le président Obama a annoncé un plan favorisant les forages pétroliers et gaziers sur le territoire.
 
Depuis décembre 2010, l’administration Obama a ralenti le processus de contrôle des industries du charbon et notamment l’épandage des cendres et l’exploitation minière à ciel ouvert par rasage des montagnes. La semaine dernière, la même administration a déclaré qu’elle allait reconsidérer une partie de sa réglementation mise en place en septembre 2010 pour limiter les émissions toxiques provenant des cimenteries.
 
Pourtant, en avril 2010, elle se proposait de réguler, d’ici 2013, 13.600 chaudières industrielles ou centrales de production thermiques des industries dont les émissions de mercure, de dioxines et de plomb sont accusés de provoquer la mort prématurée de 4.800 personnes, para cause de maladies respiratoires.
 
Face à cette nouvelle loi, des douzaines d’élus avaient protesté et l’EPA a été inondée de plaintes provenant des industriels. En avril dernier, l’agence de l’environnement a donc révisé ses prétentions à la baisse. Mais lundi 16 mai dernier, elle a tout simplement annoncé l’annulation de la réglementation pour un remaniement.
 
A l’heure actuelle, il est difficile de savoir si l’EPA va rédiger un nouveau texte. Si c’était le cas, il entrerait en vigueur dans trois ans, ce qui laisserait plus de temps aux industriels pour se préparer.
 
L’agence déclare agir en accord avec un ordre exécutif signé par Obama qui cherche à faire le tri parmi les réglementations onéreuses. Beaucoup de défenseurs de l’environnement estiment qu’il s’agit d’une manière de calmer le courroux des industriels et des républicains du Congrès.
 
«Ce temps supplémentaire permettra à l’EPA de mettre en place une réglementation raisonnable et basée sur des preuves scientifiques», a déclaré Robert D. Bessette, le président du conseil des chaudières industrielles.
Certains analystes mettent en garde contre toute idée de voir des motivations politiques à la promotion des forages et au retard dans la mise en place des réglementations environnementales. D’autres considèrent par contre que cette décision correspond à un net recul pour une administration qui, à son arrivée au pouvoir en 2009, se déclarait déterminée à améliorer la surveillance environnementale du pays.
 
«Alors que l’administration d’Obama avait juré de protéger les populations des pollutions toxiques, le gouvernement n’a pas cessé de reculer au cours de ces deux dernières années», déclare James Pew de Earthsjuctice, un cabinet juridique américain spécialisé en environnement. Ce cabinet avait réussi, en poursuivant l’EPA, à ce que la réglementation relative aux centrales soit appliquée, dans un premier temps…
 
Au cours des prochains mois, de nouvelles lois sont attendues concernant les services publics, les raffineries et tous les autres pollueurs.
 
Alors attendons et observons.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus