L’EPA reconnaît que la fracturation hydraulique peut polluer l’eau

Le 09 décembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Depuis 2008, les 80 familles de Pavillion se plaignent de la qualité déclinante de leur eau potable. On lui reproche de sentir l’essence, de distiller des effluves de produits chimiques, voire d’animal mort.
 
Tout naturellement, les habitants ont accusé les exploitants de puits de gaz de schiste, particulièrement dans la région. Sur le territoire de ce seul village du Wyoming, Encana a foré 169 puits. Sans admettre sa responsabilité, le pétrogazier canadien a néanmoins accepté de prendre à sa charge la fourniture (par camion) d’eau potable aux 21 foyers les plus touchés. IL est vrai que le ministère fédéral de la santé avait interdit, en 2010, l’utilisation de l’eau du robinet pour l’alimentation et la boisson.
 
Pour faire la lumière sur cette histoire, l’agence fédérale de protection de l’environnement a diligenté une enquête. Et cette fois, elle y a mis les moyens. L’EPA a foré pas moins de 4 puits d’exploration pour recueillir des échantillons d’eau puisée dans la nappe phréatique, à des profondeurs de plus de 200 mètres.
 
Publiés dans un rapport d’étape, mis en ligne le 8 décembre, les résultats sont inquiétants. De fortes concentrations de gazole, méthane, et autres hydrocarbures, des composés organiques, du chlore, du potassium, du diéthyline et triéthylène gycol, ainsi que de benzène et de xylène ont été découvertes dans les eaux du sous-sol de Pavillion. Autant d’éléments que l’on retrouve dans des fluides de forage ou de fracturation hydraulique.
 
Bien que les ressources en hydrocarbures soient exploitées depuis longtemps dans la région, la responsabilité des forages de gaz de schiste ne semble pas faire de doute. Sauf pour Encana.
 
La compagnie canadienne nie avoir utilisé ces additifs dans ses propres puits. Interrogé par la presse américaine, son porte-parole, Douglas Hock, estime que la contamination de la nappe est la conséquence des propres forages de l’EPA. La présence de méthane? Naturelle, pour le chargé de communication.
 
L’EPA devrait publier son rapport définitif dans le courant de l’année prochaine.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus