L’EPA publie de nouveau ses futures normes d’émission de CO2 pour le secteur électrique

Le 09 janvier 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
FutureGen, l'illustration des futures centrales électriques américaines?
FutureGen, l'illustration des futures centrales électriques américaines?

Et de deux! Pour la seconde fois en deux ans, l’EPA américaine met à la consultation ses futures normes d’émission de CO2 du secteur électrique. Un sujet particulièrement sensible, outre-Atlantique, tant reste importante, à Washington, l’influence du secteur charbonnier US. Les centrales au charbon représentent encore 40% des capacités de production d’électricité. Concentrées dans une vingtaine d’Etats, les mines de charbon emploient 90.000 gueules noires.

Le 13 avril 2012, l’agence fédérale de protection de l’environnement rend public son premier jet de normes: le premier à vouloir limiter les rejets carbonés des centrales électriques thermiques américaines. Ne concernant que les futures installations, le texte prévoit grosso modo de limiter leurs rejets à 500 kilogrammes de gaz carbonique par mégawatheure d’électricité produite.

Pour les électriciens et les charbonniers, cette limite est réputée intenable. Elle correspond, en effet, aux émissions d’une centrale à gaz, laquelle produit, peu ou prou, moitié moins de CO2 qu’une chaudière au charbon. La consultation a un certain succès: en deux mois 2,5 millions de commentaires sont postés sur le site du Federal Register.

Une fois n’est pas coutume, Barack Obama vient en appui de son administration. Fin juin 2013, le président américain prononce son fameux discours-programme sur le changement climatique. Le locataire de la Maison blanche indique clairement que l’EPA poursuivra son œuvre normative. Voilà qui est presque totalement fait, l’EPA devant publier dans quelques mois son projet de normes d’émission pour les centrales en service.

Les 91 pages du texte remis à la concertation, en début de semaine, concernent donc les centrales thermiques à flamme qui seront mises à feu d’ici 2020. Environ 22.500 MWe de capacités nouvelles sont actuellement en cours de développement aux Etats-Unis, dont 6,1 GWe de centrales au charbon, 5,5 GWe nucléaires et 10,9 GWe au gaz naturel. «L’EPA est convaincue que ces installations respecteront les limites que nous proposons aujourd’hui», estime l’agence fédérale.

Les limites d’émission proposées par l’EPA varient entre 430 et 560 kg de CO2/MWh, selon les puissances des chaudières et les technologies employées. Hormis les cycles combinés à gazéification intégrée, les centrales ultrasupercritiques et les centrales à haute rendement équipées de systèmes de captage-stockage géologique de CO2, les autres technologies thermiques semblent disqualifiées.

Les compagnies d’électricité devraient néanmoins accepter ces futures normes, aussi sévères soient-elles. Washington prévoit, en effet, d’octroyer 8 milliards de dollars (5,9 Md€) d’aides fiscales au financement de cette transition énergétique. Cette ligne budgétaire pourrait être financée par l’arrêt des subventions octroyées jusqu’ici aux compagnies pétrolières et gazières.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus