L’EPA poursuit son pilonnage des lois environnementales

Le 10 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le climato-sceptique Scott Pruitt à la manoeuvre
Le climato-sceptique Scott Pruitt à la manoeuvre

Dans un entretien accordé à Reuters le 9 janvier, le patron de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) confirme que les législations sur le changement climatique et sur l’eau seront réformées cette année.

 

L’administrateur de l’EPA ne change pas de credo. Et poursuit son pilonnage en règle des mesures environnementales prises sous la présidence Obama. «La priorité de 2018 sera de remplacer le Clean Power Act», a déclaré son administrateur Scott Pruitt à l’agence de presse britannique. Adoptée en 2015, cette mesure-phare de la stratégie climatique de l’ancien président obligeait les centrales thermiques à réduire d’un tiers leurs émissions de gaz carbonique, les contraignant de facto à abandonner la production d’électricité à partir de charbon. Sa disparition avait été annoncée en octobre. Que renfermera le nouveau plan climatique de l’EPA? Difficile à dire. L’ancien procureur général d'Etat de l'Oklahoma s’est contenté d’annoncer que les nouvelles règles seraient publiées cette année, sans autre précision.

La Floride fait de la résistance / Le gouverneur républicain de l’Etat ensoleillé a été entendu. Opposé à l’extension des eaux américaines ouvertes aux forages pétroliers et gaziers présentée le 4 janvier, Rick Scott a obtenu que son Etat soit retiré de la liste. Une exception justifiée par le ministre des ressources naturelles par le fait que «la Floride est unique et ses côtes sont économiquement très dépendantes du tourisme». Une marée noire y serait du plus mauvais genre.

Réécritures en chaîne

L’EPA va aussi réviser la réglementation sur les eaux, qui définit les voies navigables protégées par l’administration fédérale. Pruitt juge la portée du texte «excessive», «dans le mesure où elle inclut les cours d’eau peu profonds, étroits ou secs», «ce qui étouffe le développement énergétique».

Ces annonces ont déjà soulevé de vives inquiétudes, notamment des procureurs généraux des Etats de New York et de Californie.

Et ce n’est pas tout. Une réglementation devrait voir le jour sur les biocarburants, en vue de réduire les coûts imposés aux raffineurs de pétrole. Ce qui pourrait signifier une réduction des obligations d’incorporation d’agrocarburants dans l’essence et le gazole par les raffineurs. Par ailleurs, les effectifs de l’Agence vont continuer à être réduits. Ils étaient passés de 15.000 salariés sous Obama à 14.462 au 3 janvier. Au printemps dernier, Scott Pruitt espérait bien réduire de 20% le nombre de ses agents.

Enfin, une réunion publique sera organisée dans le courant de l’année sur la science climatique. Inspirée des techniques de scénarisation du Pentagone, cette confrontation opposera des climato-convaincus à des climato-sceptiques. Un débat qui s’annonce peu équitable au sein d’une agence tenue par un juriste climato-sceptique notoire.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus