L’EPA part à la chasse aux retardateurs de flamme bromés

Le 02 avril 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Quantité de produits de consommation courante sont "protégés" par des retardateurs de flamme toxiques pour l'homme et l'environnement.
Quantité de produits de consommation courante sont "protégés" par des retardateurs de flamme toxiques pour l'homme et l'environnement.
DR

Quel est le rapport entre des coussins, des pyjamas pour enfant et des produits de soins pour bébé? Ils contiennent tous des retardateurs de flamme bromés, suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Pour mieux connaître les risques potentiels de ces molécules chimiques qui rendent quantité de produits moins inflammables, l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) vient d’annoncer qu’elle lançait une évaluation de 20 d’entre eux, dans le cadre du «Toxic Substances Control Act Work Plan», qui vise à évaluer le risque des substances chimiques le plus couramment utilisées [JDLE].

 

«L’EPA est engagée dans une démarche de compréhension des risques potentiels des retardateurs de flamme, décidée à prendre des mesures et à identifier des substituts plus sûrs quand cela est possible», a expliqué James J. Jones, du bureau pour la sécurité des produits chimiques et de la prévention de la pollution à l’EPA. La façon dont 8 des 20 retardateurs de flamme retenus pour cette évaluation se transforment et se dispersent dans l’environnement sera également examinée. Ces retardateurs ont été sélectionnés pour leur persistance et leur potentiel de bioaccumulation dans les organismes vivants.

 

«Les preuves s’accumulent que les retardateurs de flamme sont des menaces pour la santé de nos enfants et de nos familles, au cœur même de nos maisons», a déclaré Frank Lautenberg, un sénateur démocrate du New Jersey. «Nous avons l’obligation de réformer ces lois qui sont si mal adaptées à la problématique des produits chimiques si nous voulons un jour protéger correctement nos familles de produits dangereux.» Une dizaine d’Etats américains sont lancés dans un processus d’exclusion de ces retardateurs de flamme.

 

Le Marine Environmental Research Institute a mené une série de recherches sur les effets de ces produits qu’on retrouve tout aussi bien dans des composés électroniques que dans les canapés. Une étude démontre que les pompiers, qui sont exposés aux fumées dégagées par la combustion des mousses du mobilier, des téléviseurs et autres produits électroménagers, ont un risque de cancer notoirement plus élevé que le reste de la population.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus