L’envolée écologique du président d’Airbus

Le 18 juin 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 14 juin, l’avionneur européen a reçu la certification Iso 14001 pour son management environnemental. Son président Louis Gallois a appelé à une mobilisation de tous les acteurs de l’aviation en faveur d’une industrie «éco-efficace».

50% d'émissions de CO2 et 80% d'émissions d'oxydes d'azote (NOx) de moins qu'en 2000, pour les avions Airbus mis sur le marché à l'horizon 2020: c'est l'objectif que Louis Gallois s'est engagé à atteindre lorsqu'il a co-signé la certification Iso 14001 avec le commissaire européen chargé de l'industrie Günter Verheugen et le chef des opérations de l'organisme de certification norvégien DNV, Peter Bjerager. «Cette certification atteste qu'Airbus a franchi les premières étapes dans la bonne direction. Mais cela n'est que le début», a alors indiqué Louis Gallois.

Dans son discours, l'homme s'est montré très déterminé à promouvoir une industrie aéronautique «éco-efficace». «Traditionnellement, nos couleurs sont le bleu et le blanc, celles du ciel. Aujourd'hui, le temps est venu de les changer. L'avenir de notre industrie nécessite qu'elle devienne verte», a-t-il déclaré. Il a fermement appelé les fournisseurs d'Airbus, mais également ses concurrents tels que Boeing, à s'engager dans des technologies plus propres, proposant l'organisation d'un sommet réunissant les directeurs de l'industrie et destiné à s'assurer de la priorité donnée au problème des rejets carboniques.

Alors que l'Advisory council on aeronautical research in Europe (Acare) a fixé des objectifs précis sur le CO2 (50% d'émissions en moins d'ici 2020) et le bruit (50% en moins), Louis Gallois attend des clients d'Airbus qu'ils «aillent encore plus loin» et qu'ils exigent que le groupe se conforme à ces objectifs avant 2020. Selon une dépêche de Reuters datée du 15 juin, la compagnie low-cost EasyJet a pris les devants en annonçant qu'elle souhaitait un avion qui génère 50% de CO2 de moins que les avions actuels d'ici 2015.

Pour le président d'Airbus, une «révolution technologique» dans le secteur de l'aéronautique est de toute façon nécessaire. L'Union européenne a annoncé le lancement d'un partenariat public-privé européen appelé «Clean sky», doté de 1,6 milliard d'euros et destiné à aider l'aviation à développer de nouveaux avions plus propres et moins bruyants. Airbus, Rolls-Royce, Saab, Thales, Dassault, et Eurocopter y participeront. De son côté, Airbus devrait augmenter son budget recherche et technologie de 25% à partir de 2008. «Je suis heureux de voir un leader européen jouer le rôle de modèle dans le secteur de l'aviation. Je l'ai toujours dit: il n'y a pas de contradiction entre compétitivité et environnement», a indiqué Günter Verheugen.

En matière d'environnement, Airbus s'est également fixé des objectifs à portée plus large: réduire d'au moins 30% la consommation énergétique et de 50% les émissions de CO2 dans le cadre des opérations industrielles de la société d'ici 2020, la consommation d'eau de 50%, la production de déchets et les émissions de solvants de 50%. Louis Gallois a d'ailleurs indiqué vouloir réinvestir toutes les économies générées par les initiatives environnementales dans la recherche en faveur des technologies propres.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus