L’environnement privé de défilé par François Hollande

Le 15 juillet 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Ni environnement, ni biodiversité, ni transition énergétique.
Ni environnement, ni biodiversité, ni transition énergétique.
Présidence de la République

Conformément à une tradition —momentanément interrompue par Nicolas Sarkozy— le président de la République s’est livré à l’exercice de la conférence de presse du 14 juillet. Sur les ondes de TF1 et de France 2, François Hollande a longuement brossé le bilan de son action socio-économique.

«Nous sommes sortis de la crise, mais l’économie reste trop fragile», a-t-il lancé. Une fragilité qui justifie, a-t-il rappelé, la signature du Pacte de responsabilité (10 milliards d’euros redistribués aux

entreprises), le plan d’économie des dépenses publiques (50 Md€ d’ici 2017), mais aussi les baisses d’impôts pour plus de 3 millions de ménages.

Des réformes de société

Le locataire de l’Elysée s’est montré moins disert quant au programme de la seconde moitié du quinquennat. 2014, a-t-il indiqué «sera l’année des grandes réformes économiques». L’année suivante, a-t-il poursuivi, sera dédiée aux réformes sociales: accompagnement du très grand vieillissement, plan numérique à l’école, service civique. Ce n’est qu’en 2016 que devraient être engagées les «réformes de société», parmi lesquelles le droit de vote des étrangers aux élections locales.

mais pas d'environnement

Quid de la transition énergétique, de la préservation de la biodiversité, du mécanisme d'inclusion carbone pour les secteurs les plus exposés à la concurrence internationale, du grand programme de rénovation thermique des logements, de la réforme de la fiscalité, l’airbus énergétique européen? Mystère. Ces objectifs ont pourtant été fixés au gouvernement par le président de la République lors de la conférence environnementale de septembre 2012.

Plus étonnant, pas un mot n’a été prononcé sur la COP 21, à l’issue de laquelle doit, en principe, être conclu un accord universel sur les changements climatiques. Ce sommet mondial du climat, qui doit se tenir au Bourget fin 2015, constitue pourtant le seul événement diplomatique majeur du quinquennat.

« Il est tout à fait navrant que le président de la République française oublie l’écologie dès qu’il n’y a plus de ministres écologistes au gouvernement », a déploré EELV dans un communiqué.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus