L’environnement comptera pour 20% dans l'appel d'offres sur les éoliennes offshore

Le 26 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon une dépêche de l’Agence France Presse du 25 mai, la dimension environnementale comptera pour 20% dans les critères pour l'appel d'offres pour la construction d'éoliennes en mer d'une capacité de 3.000 mégawatts, qui devrait être prochainement publié, a annoncé la ministre de l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet.


L'appel d'offres, initialement attendu pour le mois de mai, sera publié dans les semaines qui viennent et «prévoit bien qu'une partie de la note se fera en fonction de l'intégration environnementale dans tous les sens du terme», a indiqué la ministre interrogée par la commission du développement durable de l'Assemblée nationale. «De mémoire, nous sommes sur 40/40/20: 40% pour le prix, 40% pour le projet industriel et l'emploi et 20% pour la dimension Environnement et pêche», a-t-elle ajouté.


Le président de la République avait annoncé en janvier à Saint-Nazaire le lancement de cet appel d'offres, d'une capacité de 3.000 MW pour un investissement total de l'ordre de 10 milliards d'euros.


 ?Cinq sites ont été retenus pour accueillir les premières éoliennes en mer françaises à l'horizon 2015: Dieppe - Le Tréport et Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados), Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

«La répartition des critères de sélection en trois tranches de pourcentage 40-40-20 donne vraiment de l'importance aux 20% dédiés à la dimension environnementale», a souligné la ministre.??Selon Nathalie Kosciusko-Morizet, les entreprises qui soumettront leurs projets auront une plus grande marge de manœuvre sur la question de l'environnement que sur celle de l'industrie ou des prix. «Il y a moins de degré de liberté sur la question industrielle et les prix que sur cette question un peu nouvelle des récifs artificiels et de l'insertion des câbles dans l'environnement», a-t-elle précisé.

Les éoliennes en mer transmettant l'énergie au continent à l'aide de câbles sous-marins, la ministre, interrogée sur le respect de l'environnement de ce système, a souligné que les éoliennes sont en elles-mêmes déjà un récif artificiel.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus