L’enquête unique valide le projet des éoliennes flottantes du Golfe du Lion

Le 24 juillet 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Chaque turbine affichera ses 500 tonnes sur la bascule.
Chaque turbine affichera ses 500 tonnes sur la bascule.
EFGL

 

Le projet vise l’installation de 4 aérogénérateurs flottants en 2021.

 

Bonne nouvelle pour Engie. Son projet de ferme éolienne flottante devant être installée, à 16 km au large de Leucate et du Barcares, est jugé favorablement par les commissaires enquêteurs. Ce qui n’allait pas de soi.

Publié le 23 juillet par les préfectures de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, leur rapport souligne de nombreux biais qui auraient pu envoyer le projet par le fond.

Les études d’impact mettent en évidence «des connaissances incomplètes des impacts réels sur l’environnement, sur le milieu marin l’avifaune.»

Les auteurs s’inquiètent «des risques techniques et financiers importants sur la réalisation d’un tel projet.» D’autant que subsistent «des incertitudes sur le rendement réel de cette ferme.»

617 hectares

Sans oublier les critiques traditionnelles adressées aux projets éoliens en mer: restriction des zones de pêche et de navigation sur 617 hectares, pollution visuelle, bouleversement du biotope local, etc.

Pour autant, les rapporteurs ont conscience qu’il s’agit-là d’une expérimentation technique d’un parc éolien flottant menée «dans le contexte particulier du Golfe du lion.»

Raison pour laquelle, le projet est accepté (il a d’ailleurs reçu 6 fois plus d’observations positives que défavorables), à quelques conditions. EFGL, la filiale d’Engie devra notamment assurer le suivi scientifique des impacts de son installation.

Devant être mise à l’eau en 2021, la ferme éolienne flottante du Golfe du lion abritera 4 turbines de 6,3 MW unitaire, posées sur des flotteurs semi-submersibles en acier. Elle est prévue pour fonctionner une vingtaine d’années.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus