L’électricien espagnol Endesa met la rivière à sec

Le 09 mars 2010 par Gaëlle Fras
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Département des affaires rurales espagnol a reconnu que la compagnie électrique Endesa avait laissé à sec une partie du fleuve Eume pendant 5 décennies, entraînant la destruction de l'écosystème aquatique, explique lundi 8 mars le quotidien El Pais. L’association de protection des rivières AEMS-Ríos con Vida a porté plainte le 29 janvier, devant le procureur de la province de Galice, contre Endesa Generación pour «crimes possibles contre l'environnement et les ressources naturelles». Il est reproché à l’électricien espagnol d’avoir exploité la centrale hydroélectrique de La Ribera (54 mégawatts de capacité installée) sans tenir compte des besoins en eau de la région. La plainte cite également le ministre régional de l'environnement, Augustin Hernandez, et le président de l’organisme Augas de Galice, Ethel Vazquez, que le demandeur considère comme des complices «par défaut». L’association exige que le gouvernement galicien abroge la concession d’exploitation, signée en 1957, et valable jusqu’en 2056. De son côté, la junte de Galice (gouvernement autonome) a exigé que la filiale de l’électricien italien Enel restaure, dans les plus bref délais, l’écosystème situé en aval du barrage. Pour sa défense, l’électricien explique qu’aucune administration ne l’a obligé à maintenir un débit d’eau minimal en aval de son installation. Un argumentaire qui feint d’ignorer une demi-douzaine de lois et directives européennes qui obligent les exploitants de barrages à maintenir, au minimum, un débit constant représentant 10% du débit moyen annuel.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus