L’économie mondiale malade de la pollution de l'air

Le 09 septembre 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La quatrième cause mondiale de mortalité
La quatrième cause mondiale de mortalité
DR

La pollution de l’air pourrait coûter chaque année 5.110 milliards de dollars à l’économie mondiale, révèle la Banque mondiale dans une étude publiée jeudi 9 septembre. C’est en Asie que le fardeau est le plus lourd, avec des pertes équivalant à 7,5% du produit intérieur brut (PIB).

A travers le monde, on estime qu’environ un décès sur dix est lié à la pollution de l’air, atmosphérique ou intérieur. Soit, selon les estimations, entre 5,5 et 7 millions de morts par an, ce qui en ferait la quatrième cause mondiale de mortalité. Sans surprise, un tel fardeau sanitaire a de lourdes conséquences économiques, comme le confirme la Banque mondiale.

Selon une étude publiée jeudi, ces décès engendreraient chaque année une perte de 225 milliards de dollars (environ 200 milliards d’euros), en termes de revenus du travail. Voire 5.110 milliards de dollars (4.553 milliards d’euros) lorsque les chercheurs utilisent le critère du bien-être, indice qui prend en compte les changements (consommation, loisirs, santé, etc.) engendrés par la pollution.

L’Asie en tête

Ce sont les pays d’Asie, dont les grandes métropoles affichent des records mondiaux de pollution, dans lesquels les pertes sont les plus élevées, lorsqu’elles sont rapportées au PIB: celui-ci se voit amputé de l’équivalent de 7,5% pour la zone Asie de l’est/Pacifique (qui compte la Chine), de 7,4% pour l’Asie du sud (dont l’Inde).

Elles sont suivies par la zone Europe/Asie centrale (-5,1% du PIB), l’Afrique subsaharienne (-3,8%), l’Amérique du Nord (-2,8%), puis les zones Amérique latine/Caraïbes (-2,4%) et Moyen-Orient /Afrique du Nord (-2,2%). Pour la plupart d’entre elles, c’est la pollution atmosphérique par les particules fines qui est la première responsable, à l’exception de l’Asie du sud et de l’Afrique subsaharienne, où la combustion domestique de carburants solides arrive en tête.

93% des décès sont au Sud

Selon des estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 93% des décès liés à la pollution de l’air surviennent dans des pays en développement. Chez les enfants de moins de 5 ans, le risque de décéder d’une affection liée à la pollution de l’air est 60 fois plus élevé dans les pays en développement que dans ceux à revenu élevé.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus