L’écologie au cœur du pré-programme de Cédric Villani

Le 05 septembre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Il y avait foule dans la brasserie où Villani a lancé sa campagne.
Il y avait foule dans la brasserie où Villani a lancé sa campagne.
VLDT

Le député de l’Essonne a officialisé, le 4 septembre, sa candidature à la mairie de Paris. Une campagne empreinte d'écologie.

 

C’est d’une voie ruelle, de longue date dédiée aux plaisirs des Parisiens, que Cédric Villani a officialisé, mercredi 4 septembre, sa candidature aux élections municipales de 2020. Le député LREM s’était retranché au fond d’une brasserie de cette rue de la gaieté pour rappeler les raisons qui l'ont conduites à outrepasser le choix de son parti d’investir Benjamin Griveaux. L’occasion, aussi, d’évoquer devant quelques dizaines de militants et de journalistes les grandes lignes de son programme.

Le premier chapitre a été rapidement expédié: le système de sélection des candidats mis en place par la commission nationale d’investiture de LREM est inadapté «pour faire éclore des projets.»

de l'écologie au centre droit

Or, des projets, le mathématicien en a des tonnes. Il s’agit, il est vrai, de réunir un électorat potentiel, allant de l’écologie au centre droit. Son staff est taillé pour cela. La campagne du titulaire de la médaille Fields sera dirigée par l’ex-socialiste Baptiste Fournier. L’ex-UDI, Anne Lebreton, sera l’une de ses trois porte-parole. La partie écologique sera chapeautée par Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire (ex-LREM), proche de Nicolas Hulot.

Voulant être le «premier maire véritablement écologique», Cédric Villani dresse de Paris un portrait tout en nuances: «capitale de l’espoir» et «ville du bruit et du bazar». «On redoute que Paris soit le jouet de forces puissantes qui la dépassent : spéculation, dérèglement climatiques, évolutions technologiques non maîtrisées.» «Paris est aujourd'hui chargé de frustration, de problème de stress et d'anxiété qui minent notre existence», résume-t-il.

écologie de proximité

Le programme? Il est encore flou. Le Paris du député de l’Essonne sera projeté «hors de ses frontières»: un grand Paris, nouvelle formule? «Nous aimons le Paris de la COP 21, nous en sommes fiers mais nous ne le reconnaissons pas dans le Paris du quotidien toujours incapable de relever les défis de la pollution et de la végétalisation, et de l’adaptation au changement climatique», lance le vice-président de l’office parlementaire de l’évaluation des choix scientifiques et technologiques. «Il faut changer d’échelle». L’annonce d’un nouveau plan climat?

Au fil des minutes, Cédric Villani annonce vouloir déployer «une écologie de proximité et de l’action». Devant s’inviter «dans chaque secteur, elle sera faite de «végétalisation proche des citoyens», de «débitumage avec rigueur», de mobilité. Le tout «servi par la science et la technologie.»

Pas simple, direz-vous? Pas grave, répond le candidat: «régler des problèmes complexes, c’est l’engagement de ma vie.»



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus