L’eau, insoluble problème de Fukushima

Le 15 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans la centrale nucléaire accidentée, l’eau est à la fois le remède et l’un des innombrables problèmes que doivent gérer les sauveteurs. C’est en injectant de 200 à 500 tonnes d’eau par jour, depuis 8 mois, que les techniciens de Tepco, l’exploitant de la centrale, sont en passe de refroidir suffisamment les réacteurs accidentés pour pouvoir espérer les arrêter définitivement, dans les prochains mois.
 
Problème: des volumes colossaux d’eau contaminée stagnent toujours dans les bas-fonds de la centrale. Au 8 novembre, rappelait en fin de semaine dernière Junichi Matsumoto, le porte-parole de la compagnie tokyoïte, les bas-fonds des bâtiments réacteurs contenaient environ 77.000 tonnes d’eau radioactive. Une eau qui menace de percoler à travers le plancher en béton.
 
Si ce scénario catastrophe se produisait, la nappe phréatique, située sous le site, serait menacée. Pour le moment, indique Tepco, nous n’en sommes pas encore là. Les plus bas niveaux des îlots nucléaires et des bâtiments turbines sont, normalement, situés à environ deux mètres au-dessus du niveau de la nappe. Mais celui-ci peut s’élever en cas de fortes pluies.
 
Hélas, parce que nul n’est capable de prédire quand cesseront les injections d’eau pour refroidir les réacteurs, Tepco craint tout de même que l’eau contaminée ne finisse par polluer la nappe, puis l’océan par gravité. Pour réduire le risque, l’électricien a récemment entrepris la construction d’un mur anti-pollution. Long de 800 mètres et plongeant à une profondeur de 23 m, l’ouvrage devrait éviter que l’eau de la nappe ne se retrouve dans le Pacifique.
 
Impressionnante, cette solution reste contestée. Certains experts estiment que l’eau pourra toujours contourner l’obstacle en béton. Interrogé par Nature, Yoshikazu Suzuki, un spécialiste de la décontamination des sols, suggère d’emmurer le sous-sol de la centrale. Ainsi retenue, l’eau pourrait être ensuite pompée avant d’être décontaminée puis rejetée en mer.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus