L’eau en bouteille contre l’eau du robinet

Le 18 janvier 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le groupe Neptune qui détient la marque d’eau en bouteille Cristaline et le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) se livrent à une bataille par campagnes publicitaires interposées. La ministre chargée de l’environnement et plusieurs associations condamnent sévèrement celle de l’embouteilleur.

«Qui prétend que l'eau du robinet a toujours bon goût ne doit pas en boire souvent!» Ce slogan, visible dans Paris et sa périphérie depuis le 8 janvier, est celui de la marque d'eau minérale Cristaline. Selon le groupe Neptune à qui elle appartient, le but de la campagne publicitaire est «de rétablir certaines «vérités»». Les slogans sont grinçants, et les images inhabituelles. Le groupe n'a pas hésité à remettre en cause la qualité de l'eau du robinet qui, selon lui, «comporte des substances qui peuvent être nocives et dont les consommateurs ne sont pas toujours informés».

Ces affiches ont été réalisées en réaction à une campagne lancée fin novembre 2006 par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif). «Quelle marque distribue 1 milliard de litres chaque jour et pas une seule bouteille?» Réponse: le Sedif, qui déclarait dans un communiqué du 22 novembre: «L'eau du robinet gagne à être connue! Dans la comparaison avec les eaux en bouteille, l'eau du Sedif l'emporte sur de nombreux points. Une nouvelle campagne le fait savoir, hissant ainsi l'eau du Sedif au niveau d'une grande marque».

Nelly Olin, ministre chargée de l'environnement, a indiqué le 17 janvier qu'elle regrettait vivement le procédé de dénigrement employé par Cristaline, qui risque de créer chez les consommateurs des craintes infondées, notamment chez ceux qui ne peuvent acheter de l'eau en bouteille.

Eau de Paris (Société anonyme de gestion des eaux de Paris) avait réagi de la même façon le 11 janvier: «La peur est à la mode, mais il est regrettable que Cristaline cherche à effrayer ainsi les consommateurs d'eau […] Les consommateurs peuvent avoir une entière confiance dans l'eau du robinet car c'est l'aliment le plus surveillé en France par les autorités sanitaires», avait-t-il indiqué.

Mais Pierre Papillaud, président du groupe Neptune, n'est pas de cet avis: «Je veux que l'on cesse de faire croire au consommateur que l'eau du robinet est égale à l'eau embouteillée. C'est faux et mensonger! Ça n'est pas le même produit!», a-t-il confié. «Si le Sedif relance une campagne violente et dénigrante, je suis prêt à continuer», a ajouté Pierre Papillaud, qui aurait reçu le soutien d'un leader du secteur de l'eau embouteillée. 

Le Bureau de vérification de la publicité (BVP) a émis un avis défavorable concernant la campagne d'affichage de Cristaline. Le groupe Neptune a toutefois souhaité maintenir comme prévu ses affiches jusqu'au 19 janvier. «Le BVP a émis un avis, mais l'interdiction ne relève pas de ses fonctions», a indiqué Pierre Papillaud.

Le Centre national d'information indépendante sur les déchets (CNIID) a profité de l'occasion pour souligner l'impact environnemental négatif que génère l'achat d'eau en bouteille. «La campagne de Cristaline est irresponsable car elle pousse les consommateurs à des comportements anti-écologiques, en achetant des bouteilles en plastique», commente ainsi Eric Gall, directeur par intérim du CNIID. Avec les associations Agir pour l'environnement et Résistance à l'agression publicitaire (RAP), le CNIID a mené le 18 janvier une opération «pour mettre le producteur face à ses responsabilités». Plusieurs centaines de bouteilles d'eau Cristaline ont ainsi été amenées devant le siège social du groupe. «Je me suis engagé à laisser aux associations, si elles apportent les slogans adéquats, 50% de l'étiquette des bouteilles pour faire de la publicité en faveur du recyclage», a indiqué Pierre Papillaud.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus