L’eau du robinet, c’est bon pour les déchets

Le 03 juin 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un tiers des Parisiens préfèrent encore l'eau en bouteille
Un tiers des Parisiens préfèrent encore l'eau en bouteille

Eau de Paris a lancé, le 29 mai, une campagne pour convaincre les Parisiens récalcitrants –un tiers de la population- à boire l’eau du robinet. Au nom de la réduction des déchets plastiques.

Eau de Paris surfe sur la vague contre le plastique pour promouvoir l’eau du robinet. Exit les arguments touchant à la qualité de la ressource, même si celle-ci est très bonne avec un taux de conformité de 99%. Bienvenue au geste politique. «L’eau de Paris, consommée au robinet ou aux fontaines, n’est pas seulement bonne pour la santé. C’est aussi un acte militant. Boire une eau sans emballage permet de réduire les déchets plastiques (issus de la consommation de bouteilles, ndlr) de 7 kilogrammes par an et par personne», déclare Célia Blauel, présidente d’Eau de Paris et maire adjointe en charge de l’environnement.

Chaque Parisien consomme 130 litres d’eau du robinet par jour dont 1% seulement pour son hydratation.

5 bonnes actions

Engagée à faire de Paris «la première ville de l’eau sans déchet plastique», Eau de Paris propose aux habitants de signer une charte de 5 bonnes actions. Au programme: boire de l’eau du robinet à la maison, au travail et dans les restaurants, consommer l’eau des fontaines (Paris en compte 1.200, ndlr) plutôt que de l’eau en bouteille, adopter une gourde pour les activités sportives et les déplacements, entretenir et faire réparer ses robinets pour éviter le gaspillage, et –plus théorique- défendre le principe d’une eau sans déchet plastique. Autant de mesures de bon sens qui ne sont pas encore généralisées.

50.000 gourdes gratuites

Pour encourager les 700.000 récalcitrants, Eau de Paris va distribuer gratuitement 50.000 gourdes en plastique végétal (canne à sucre) fabriquées par Gobilab, munies d’un bouchon en bambou, au cours des prochaines semaines, au cours d’une dizaine d’évènements musicaux et sportifs.

Après la marche pour le climat, la marche pour l’océan. La première édition mondiale se tiendra le 8 juin.

Selon Dianne Beaumenay-Joannet, chargée de mission Déchets aquatiques chez Surfrider Europe, les bouteilles et bouchons en plastique représentent le troisième déchet le plus fréquemment retrouvé sur les plages françaises, après les fragments de polystyrène et les sacs en plastique.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus