L’azote et le soufre en cause dans l’acidification des océans

Le 07 septembre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le CO2 ne serait pas le seul polluant atmosphérique à rendre les océans plus acides et à menacer les récifs coralliens et le plancton. Un article scientifique publié dans Proceedings of the national academy of S
sciences et relayé par Nature montre que l’azote et le soufre rejetés par les activités humaines modifient davantage le pH des eaux côtières que ce que prévoyaient jusqu'ici les scientifiques. L’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère devrait diminuer le pH des eaux du globe de 8,2 à 7,8 d’ici la fin du siècle. Mais jusqu’ici, les scientifiques prêtaient peu d’attention à l’azote et au soufre provenant des engrais et de la combustion des carburants fossiles. Ils supposaient que les vastes masses d’eau des océans permettaient d’annuler l’effet d’acidification dû à ces deux atomes (déjà connu à cause des pluies acides). En outre, seules 6 téramoles d’azote actif et 2 téramoles de soufre sont émises chaque année dans l’atmosphère contre 700 téramoles de CO2. Pourtant, les nouveaux travaux de Scott Doney du Woods Hole Oceanographic Institution dans le Massachusetts montrent que l’azote et le soufre auraient sur certaines côtes un impact équivalent à 10 à 50% de celui du CO2. Or, ce sont dans ces zones que l'impact de l'acidification des océans sera le plus important pour l'homme.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus