L’autorisation du Cruiser renouvelée jusqu’en mai 2009

Le 19 décembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le ministère en charge de l’agriculture a annoncé mercredi 17 décembre le renouvellement de l’autorisation de l'insecticide Cruiser, au grand dam des apiculteurs et des associations de défense de l’environnement qui incriminent son rôle dans la surmortalité des abeilles.

Fabriqué par l’entreprise suisse Syngenta, le Cruiser, utilisé principalement sur le maïs, avait été autorisé en janvier dernier par le ministère de l'agriculture pour une durée d’un an devant conduire à une nouvelle évaluation (1). La décision avait déjà été dénoncée par les associations (2). Cette nouvelle autorisation, valable jusqu’au 15 mai 2009, a été accordée «à des conditions restrictives et sous réserve d’un renforcement du suivi de son utilisation, après un avis favorable de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) en date du 14 novembre 2008», précise le ministère dans un communiqué du 17 décembre.

L’usage sur une même parcelle ne sera ainsi possible qu'une année sur trois et le protocole de suivi sera étendu à 6 régions au lieu de 3 en 2008. Le comité de suivi sera ouvert aux associations. Conformément aux préconisations du rapport Saddier, un expert sera chargé de collecter les données afin de déterminer les raisons de la mortalité de ruchers. En outre, les résultats d’une étude de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) sur les méthodes agronomiques alternatives à cet insecticide devraient être dévoilés d’ici 3 mois.

L'annonce du ministère a provoqué la colère des détracteurs du Cruiser. La fédération d’associations FNE déplore cette décision, «contraire au plan Ecophyto 2018» [qui prévoit de réduire de 50% l’usage des pesticides]. Dans un communiqué du 17 décembre, FNE appelle les citoyens à signer sa pétition en ligne et «réfléchit aux moyens -y compris juridiques- de contester cette autorisation». La Confédération paysanne dénonce, dans un communiqué du 18 décembre, «une décision d'une rare hypocrisie». L’association s’interroge sur les moyens de contrôle des mesures de renforcement du suivi de l’autorisation, jugées «irréalistes».
Début décembre, lors d'une journée d'action nationale pour demander l'interdiction de ce pesticide, des apiculteurs et des associations avaient manifesté dans plusieurs villes.

(1) Voir l’article du JDLE «Avis favorable pour le Cruiser»
(2) Voir l’article du JDLE «Un pesticide ‘anti-Grenelle’ pourrait être autorisé»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus