L’Australie saborde sa taxe carbone

Le 18 septembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tony Abbott, grand pourfendeur de la taxe carbone, grand ami des compagnies minières.
Tony Abbott, grand pourfendeur de la taxe carbone, grand ami des compagnies minières.

Promesse de campagne, la mort de la taxe carbone et la réforme de la fiscalité des activités minières ont occupé le premier jour du nouveau Premier ministre australien. Des mesures coûteuses, tant au plan financier que climatique.

Chose promise, chose due: au premier jour de sa prise de fonction, le nouveau Premier ministre australien a annoncé avoir chargé ses collaborateurs de «préparer l'abrogation de la législation sur la taxe carbone», conformément à l’un des engagements-phares de sa campagne électorale. Conservateur, tête de file d’une coalition qui répond au doux nom de «coal» (charbon, en anglais), Tony Abbott combattait depuis sa création, l’an passé, cette taxe qui frappait les industries les plus émettrices. «Nous serons un gouvernement fonctionnel obéissant à des valeurs, pas à l'idéologie», a-t-il déclaré. Il y a quelques années, rappelle l’AFP, il avait qualifié de «connerie absolue» l'attribution du changement climatique à l'activité humaine.

 

Est-ce une légère anticipation de l’entrée en vigueur du marché des quotas -prévu pour démarrer l’an prochain- ou un coup d’arrêt significatif dans la lutte contre les émissions des industries australiennes, qui comptent parmi les plus polluantes du monde? La réforme en cours de la fiscalité des compagnies minières donne un élément de réponse. Tout cela va se payer au prix fort. Au plan budgétaire d’abord, puisque la fin de la taxe carbone privera Canberra de 6 milliards de dollars australiens (4 Md€) de recettes, entre 2013 et 2017 et que la suppression de la taxe sur les industries minières lui coûtera plus de 14 milliards (9,7 Md€) sur la même période. Au plan climatique ensuite, car si la politique d’Abott est intégralement mise en œuvre, l’Australie pourrait accroître de 9% en 7 ans ses émissions de gaz à effet de serre, selon le Climate Institute. Or elle s’est engagée à les réduire de 5% entre 2000 et 2020.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus