L’atrazine, nocive aussi pour le fœtus

Le 07 mars 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les niveaux d’imprégnation de la population aux pesticides sont inconnus dans la majorité des pays européens. C'est pourquoi l’équipe de Cécile Chevrier, de l’Inserm de Rennes, a voulu évaluer les niveaux d’exposition à différents herbicides et insecticides de femmes enceintes, reprend un communiqué de Générations futures (ex MDRGF) du 5 mars.

Les scientifiques ont donc étudié, entre 2002 et 2006, l’exposition de 3.421 femmes enceintes en Bretagne sur trois départements (Ille-et-Vilaine, Finistère, Côte d’Armor) afin de déterminer le niveau d’exposition de pesticides sur ces femmes et les éventuels effets indésirables sur les fœtus.

Au total, 600 prélèvements d’urine ont été recueillis avant la 19e semaine de grossesse, pour rechercher la présence de triazines (atrazine et simazine) et d’insecticides organophosphorés, l’atrazine étant un herbicide dont l’utilisation est officiellement interdite en Europe depuis 2004.

Dans 95% des échantillons, de rares traces d’exposition à l’atrazine ont été trouvées, mais plus généralement des formes dégradées d’atrazine et de simazine.

Même si les doses mesurées demeurent très faibles, les femmes ayant des traces d’atrazine ou d’un de ses métabolites dans les urines avaient 50% de chances supplémentaires d’avoir un enfant de faible poids et 70% de risque supplémentaire que cet enfant possède une faible circonférence crânienne à la naissance.

Lors de la présentation de l’étude, Cécile Chevrier a affirmé qu’il n’existe «pas d’association évidente entre la présence d’atrazine et le développement d’anomalies congénitales majeures».

En revanche, d’après François Veillerette de Générations futures, «cette étude montre clairement que des doses très faibles d’un herbicide perturbateur endocrinien peuvent avoir des effets dommageables sur le développement du fœtus et donc sur le futur état de santé de l’enfant». Il réclame que tous les pesticides pour lesquels un effet perturbateur endocrinien aura été caractérisé soient retirés du marché.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus