L’atlas de la menace nucléaire

Le 12 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Quels sont les pays où le risque de prolifération nucléaire est le plus élevé? Question dont la réponse peut paraître simple, tant les menaces nord-coréenne ou iranienne semblent évidentes. Et pourtant. En ne s’appuyant que sur des sources ouvertes, la Nuclear Threat Initiative (NTI), un think tank américain, aidé d’un consultant britannique, a évalué les menaces de prolifération que font peser la trentaine de pays qui disposent, officiellement, de matières fissiles.
 
Le classement du NTI Index s’appuie sur l’évaluation de 18 critères: quantité de matière détenue, nombre de sites nucléaires, protection physique des stocks, conformité aux règles internationales, capacité de l’autorité de sûreté, etc. Chacun de ces critères fait l’objet d’une notation; la note maximale de chaque Etat étant 100.
 
Globalement, la situation est plutôt «rassurante». Même si les moyens d’y parvenir restent des sujets de discussions internationales, de plus en plus de gouvernements renforcent la sécurité de leurs installations. Un nombre croissant de pays ont totalement éliminé les matières fissiles pouvant être utilisées dans la fabrication d’armes.
 
Pour autant, tout n’est pas rose au pays de l’atome. NTI souligne le manque de transparence «délibéré» des pays nucléaires, rendant difficile notamment toute comptabilité précise des matières nucléaires. Près d’un quart des pays nucléaires présentent des risques importants de prolifération, en raison d’une corruption endémique des personnels ou de leur instabilité politique. Enfin, le stock de matériel nucléaire de qualité militaire augmente dans quelques pays.
 
Au total, c’est l’Australie qui présente le maximum de garantie, estime la NTI qui attribue la note de 94 à l’île-continent. Juste devant la Hongrie (89), la République tchèque (87) et la Suisse (86). Avec un score de 79, le Royaume-Uni est le pays officiellement doté de l’arme nucléaire le mieux noté, devant les Etats-Unis (78), la France (73), la Russie (65), Israël (56) et la Chine (52).
 
Globalement, la France arrive en 19e position. Si la qualité de son autorité de sûreté (l’ASN) et de sa réglementation est louée par la boîte à idées américaine, sa politique de transport de matières nucléaires et l’importance de son stock sont portées à son débit.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus