L’ASN rend un avis positif sur les options de sûreté de l’Atmea 1

Le 07 février 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) a annoncé, ce mardi 7 février, par voie de communiqué, avoir rendu un avis positif sur les options de sûreté du projet de réacteur nucléaire Atmea 1.

«L’ASN considère satisfaisants les objectifs de sûreté retenus par la société Atmea pour le réacteur Atmea 1. Ces objectifs concernent 5 points principaux: la prise en compte du retour d’expérience des réacteurs à eau sous pression et l’utilisation de technologies et de méthodes correspondant à l’état de l’art; la radioprotection des travailleurs et du public en fonctionnement normal dans tous les états de fonctionnement;  la prévention accrue des accidents;  la prévention accrue des risques de fusion du cœur;  la prise en compte des accidents avec fusion du cœur.»

Le gendarme du nucléaire français pointe néanmoins quelques sujets sur lequel Atmea, la société franco-japonaise à l’origine du projet, devra progresser: l’objectif de dose collective, les exigences de conception, de fabrication et d’exploitation et les critères de dimensionnement. Le gendarme du nucléaire français n’est pas non plus convaincue par l’exclusion par le concepteur de l’hypothèse d’une rupture des tuyauteries primaires et secondaires. «L’ASN considère que l’application de l’hypothèse d’exclusion de rupture aux tuyauteries primaires et secondaires principales nécessite le renforcement des lignes de défense permettant de confirmer ainsi le caractère très improbable de la perte d’intégrité de ces tuyauteries.»

Conformément à sa nouvelle doctrine [JDLE], l’ASN demande à Atmea de prévoir un «noyau dur» d’installations capables de résister à des agressions extrêmes.

Conçu par Areva et Mitsubishi Heavy Industries (réunis dans la co-entreprise Atmea), l’Atmea 1 est un réacteur à eau sous pression de 1.000 mégawatts, dérivé de l’EPR. Initialement, son prototype devait être construit en France par GDF Suez. Après l’abandon de ce projet, l’Atmea 1 est promis aux marchés d’exportation.
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus