L’ASN demande une révision du contrôle-commande de l’EPR

Le 03 août 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’était attendu. C’est arrivé. Lundi 2 août, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé à EDF de modifier l’une des plateformes de contrôle-commande du réacteur EPR de Flamanville, en cours de construction.

Le 15 octobre 2009, l’ASN avait indiqué à l’électricien que la sûreté d’un équipement constitutif du contrôle-commande de l’EPR de Flamanville 3 (la plateforme « SPPA T2000 », un système habituellement utilisé dans l’industrie) n’était pas démontrée. Le gendarme du nucléaire avait exigé qu’on lui soumette des propositions de modification. Ce que l’électricien a fait, fin 2009.

Mais, toutes n’ont pas convaincu les experts de l’ASN. Dans un courrier adressé à EDF le 9 juillet, elle souligne que « la capacité de la plateforme SPPA T 2000 à accueillir certaines fonctions de protection du réacteur restait à démontrer ». Fort logiquement, l’ASN a donc demandé une modification de cette plateforme afin d’en améliorer la robustesse et de permettre son utilisation pour les réacteurs de type EPR. Les éléments détaillés de cette évolution de conception et ses impacts sur la démonstration de la sûreté du réacteur devront être présentés avant la fin de l’année, précise l’ASN dans un communiqué.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus