L’Asie pollue jusqu’en Californie

Le 21 janvier 2010 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Depuis 1984, la concentration d’ozone troposphérique –entre 0 et 12 kilomètres d’altitude– dans l’atmosphère dans la partie ouest des Etats-Unis a augmenté de 30%. Or, selon une étude (1) de l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (Noaa), les plus fortes augmentations observées au cours des 15 dernières années sont associées aux masses d'air influencées par les émissions de l’autre côté de l’océan Pacifique, en Chine, Inde et pays de l'Asie du Sud-Est,. L’étude, qui paraît aujourd’hui dans la revue Nature, a été relayée par le CNRS dans un communiqué. L’Institut national des sciences de l’univers (Insu) du CNRS a contribué à la collecte de plus de la moitié des données.

«L'Asie est un fort producteur d'émissions qui produisent de l'ozone dans l'air, et au printemps particulièrement, les conditions météorologiques favorisent l'export de la pollution vers l'est à travers le Pacifique», indique le CNRS. C’est la première fois qu’un lien suffisamment solide est fait entre émissions asiatiques et augmentation de l’ozone sur la partie ouest des Etats-Unis.

A terme, cette hausse pourrait rendre impossible l’amélioration de la qualité de l’air conformément à la législation américaine dans certaines parties du pays, prédit l’étude.

(1) O.R. Cooper et al., «Increasing springtime ozone mixing ratios in the free troposphere over western North America», Nature, 21 janvier 2010


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus