L’Argentine pourrait acheter un réacteur non certifié

Le 13 juillet 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un réacteur franco-japonais pour l'Argentine ?
Un réacteur franco-japonais pour l'Argentine ?
Atmea SAS

Buenos Aires va-t-elle faire l’acquisition d’un réacteur franco-japonais non autorisé en France? Nous n’en sommes pas encore là, mais le scénario n’est pas exclu. En milieu de semaine, Nucleoeléctrica Argentina SA (Nasa), l’exploitant des centrales nucléaires d’Atucha et d’Embalse, a annoncé avoir pré-sélectionné l’Atmea, un projet de réacteur nucléaire, conçu par Areva et Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

Nasa cherche, en effet, à équiper la centrale d’Atucha d’un troisième réacteur, en complément des deux REP Siemens de 357 et 700 mégawatts électriques. Ce dernier étant en voie d’achèvement.

S’il était choisi par l’électricien, l’Atmea serait le plus important réacteur en service en Argentine, accusant une puissance installée d’environ 1.100 MWe.

Détail non négligeable, le petit frère de l’EPR n’est encore certifié nulle part. A la demande du consortium franco-nippon, l’Autorité de sûreté nucléaire française (l’ASN) et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) ont étudié, l’an passé, les options de sûreté et les ont jugés «globalement satisfaisantes au regard des exigences françaises». «Dans un contexte français, estimait l’ASN, cet avis serait une étape préalable à la procédure d’autorisation de création d’un tel réacteur.»

Dans son communiqué du 7 février dernier, l’ASN jugeait toutefois que des progrès devraient être réalisés, dans les domaines de la radioprotection des travailleurs et de la prévention de certains types d’accident. Le gendarme du nucléaire appelait aussi la co-entreprise à tenir compte des enseignements tirés de la catastrophe de Fukushima.

C’est à ces conditions que l’Atmea pourrait faire son entrée en Argentine. Une commande qui pourrait en annoncer d’autres. Nasa travaillant déjà sur les projets de 4e et 5e tranches d’Atucha. Un marché que lorgnent aussi les constructeurs japonais, sud-coréen, américain, russe et chinois.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus