L’argent du démantèlement pour financer la transition

Le 03 mai 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Il n'y a pas assez d'argent pour le démantèlement.
Il n'y a pas assez d'argent pour le démantèlement.
EDF

C’est une proposition originale que compte présenter Philippe Germa au conseil national de la transition énergétique, le 7 mai prochain. Dans une note déjà en ligne, le directeur général du WWF-France propose de financer la transition énergétique avec l’argent prévu pour le... démantèlement des centrales et la gestion des déchets nucléaires.

Voilà pour le principe. Dans les faits, c’est un peu plus compliqué. S’appuyant sur les rapports de la Cour des comptes [JDLE] et de la Commission nationale d’évaluation du financement des charges de démantèlement des installations nucléaires de base et de gestion des combustibles usés et des déchets radioactifs (CNEF), l’organisation écologiste estime, tout d’abord, que les provisions déjà faites par les exploitants d’installations nucléaires ne reflètent pas les coûts réels de la fin de vie de leurs installations.

Pour 18 réacteurs, rappelle le WWF, le coût du démantèlement est évalué à 74,9 milliards de livres (89 milliards d’euros). «L’estimation anglaise, extrapolée au parc français conduirait à un coût de démantèlement proche de 300 milliards d’euros», estime Philippe Germa. À opposer aux 79,4 milliards d’euros de charges brutes pour le démantèlement «figurant sans les comptes d’EDF, d’Areva, du CEA et de l’Andra.» «Il n’y aura donc pas assez d’argent pour démanteler les centrales et assurer la gestion des déchets», affirme l’ancien banquier.

Lequel propose de rehausser de 5 à 10 cents/kWh la contribution prélevée sur chaque facture d’électricité pour financer la fin de vie du nucléaire. Constatant que l’argent bloqué par les opérateurs du nucléaire est mal géré (les «placements sont opaques, volatils et peu diversifiés»), l'ancien collaborateur de Brice Lalonde propose la création d’un Fonds pour la transition énergétique et une sortie équitable du nucléaire (Tesen). Géré par la Caisse des dépôts, ce fonds aurait une double vocation : garantir, le jour venu, le financement du démantèlement des centrales, et financer, d’ici là, la transition énergétique. Simple et, comme pour la finance islamique [JDLE], il fallait y penser.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus