L’AOC du Languedoc se tourne vers une viticulture raisonnée

Le 09 octobre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
6.000 vignerons devront changer leurs pratiques culturales
6.000 vignerons devront changer leurs pratiques culturales

L’AOC a présenté, le 6 octobre, sa stratégie pour introduire dans les trois ans des clauses agro-environnementales dans son cahier des charges. Au programme: interdiction du désherbage chimique entre les rangs et réduction des produits phytosanitaires.

«Il nous faut tous changer nos pratiques culturales. Nous n’avons plus le choix si nous voulons assurer la pérennité de notre vignoble, contribuer à la valorisation économique de notre appellation et consolider la confiance du grand public à l’égard de nos vins», a lancé Jean-Benoît Cavalier, président du syndicat de l’AOC Languedoc lors d’une conférence de presse.

 

Une première pour une grande AOC

L’AOC du Languedoc, qui regroupe 6.000 vignerons dans 4 départements (Gard, Hérault, Aude et Pyrénées-Orientales), s’engage à modifier ses pratiques en réformant son cahier des charges dans les trois ans. Une première dans l’Hexagone pour une AOC de cette taille.

 

Deux étapes

«La première étape consiste à faire un état des lieux des pratiques vertueuses, notamment celles des agriculteurs bio qui sont adaptables à toutes les exploitations. Ensuite, nous accompagnerons les vignerons dans leur transformation, des plus convaincus aux plus récalcitrants», explique au JDLE Bruno Loquet, nouveau chargé de projet Développement et Agro-environnement au syndicat AOC du Languedoc.

 

Interdiction partielle du désherbage et enherbement

«Le comité vin de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) a d’ores et déjà validé 8 mesures dont la procédure d’intégration dans le cahier des charges sera simplifiée», indique Catherine Richer, déléguée territoriale Occitanie de l’Inao. Parmi elles, l’enherbement obligatoire du contour des parcelles et des vignes. Deuxième piste: l’interdiction du désherbage chimique entre les rangs, «qui représente environ 60% des surfaces des vignes», selon Bruno Loquet. Si le désherbage reste possible sous les pieds de vignes, rien n’empêchera un viticulteur d’y mettre fin aussi.

 

Réduction des phytosanitaires

Autres clauses en réflexion: l’amélioration de l’efficacité du matériel de pulvérisation, la réduction (non chiffrée) des quantités de produits phytosanitaires, la limitation (non chiffrée) des apports d’azote de synthèse, ainsi que la préservation des murets, bosquets et terrasses et le respect de la séquence morphologique originelle des sols.

 

Trois financements

L’opération, dont le coût s’élève à environ 300.000 euros pendant trois ans, est financée à 45% par le Feader[1] via l’appel d’offres emporté par le syndicat[2], à 30% par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (RMC) et à 25% par l’AOC. En 2017, 80% de la surface totale de l’aire de captage est entretenue sans herbicide contre 3% en 2000. «C’est bien la preuve qu’introduire des clauses environnementales dans le cahier des charges de l’AOC est possible», conclut Michel Wack, gérant de la Bergerie de Fenouillet à Vacquières.

Haut-le-cœur dans le Médoc / Près de 250 personnes ont participé, le 8 octobre, au cœur du Médoc (Nouvelle-Aquitaine) à une marche blanche contre les pesticides. Parmi les slogans, on pouvait lire «enfants exposés, santé menacée = assez!». Cette mobilisation avait été organisée par 9 collectifs, dont Info Medoc Pesticides, fondé par Marie-Lys Bibeyran, la sœur d’un ouvrier viticole décédé en 2009 d’un cancer, dont la reconnaissance comme maladie professionnelle a été rejetée, en septembre, par la Cour d’appel de Bordeaux. Marie-Lys Bibeyran a annoncé qu’elle allait se pourvoir en cassation. Parmi les autres collectifs: Alerte aux toxiques, fondé par Valérie Murat, fille d’un viticulteur décédé en 2012 d’un cancer dont le caractère professionnel a, lui, été reconnu.

 



[1] Fonds européen agricole pour le développement rural

[2] Le dossier a été instruit par la région Occitanie

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus