L’année électrique selon RTE

Le 20 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En 2010, la production d'électricité éolienne a augmenté de 22,2%.
En 2010, la production d'électricité éolienne a augmenté de 22,2%.

Comme chaque année, le gestionnaire du réseau français de transport d’électricité — RTE — publie un bilan de l’activité du secteur électrique hexagonal.

 

A bien des égards, 2010 a été une année remarquable. A commencer par la consommation. L’an passé, ménages, collectivités et entreprises ont consommé 513 térawattheures (TWh), soit 5,5 % de plus qu’en 2009.

 

Les deux tiers de cette croissance sont imputables à la météo. Météo France rappelle que 2010 est l’année la plus froide observée depuis 1987. Et avec la progression du chauffage électrique, il était fatal que la demande augmente. « Chaque degré inférieur à la moyenne saisonnière accroit de 2.300 mégawatts (MW) la puissance appelée », résume Dominique Maillard, président du directoire de RTE.

 

Or, à la fin décembre, les températures étaient inférieures de 6,3°C aux moyennes saisonnières. Conséquence : les 14 et 15 décembre, deux records de consommation d’électricité ont été battus. Mais le chauffage électrique n’explique pas tout. « En moyenne, la demande des ménages a progressé de 1,5 % sur l’année et celle de la grande industrie de 3,7 % », précise Dominique Maillard.

 

Malgré la hausse de la demande, le système électrique n’a jamais été menacé de black-out. Grâce à la croissance de leur parc et à une bonne pluviométrie, les électriciens ont accru de 4,6 % la production d’électrons qui a atteint 550,3 TWh.

 

Les renouvelables ont injecté 15 % du courant, les centrales thermiques 11 % et les centrales nucléaires 74 %. A noter, toutefois, la forte croissance de la production d’électricité verte : +10 % pour l’hydraulique, +11 % pour les centrales à biomasse, +22,2 % pour l’éolien et +281 % pour le photovoltaïque.

 

Malgré cela, le secteur a vu augmenter de 3 % ses émissions de CO 2, qui ont atteint 34,1 millions de tonnes.

 

La stabilité du système a aussi été maintenue grâce au succès des opérations EcoWatt. Opérationnel en Bretagne et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), ce dispositif informe les abonnés volontaires de l’approche d’une période de pointe. Ainsi alertés, ils réduisent leur consommation entre 18 et 20 heures, ce qui contribue à sécuriser le système électrique. En Bretagne et dans l’est de Paca, EcoWatt a permis de réduire de 1,5 % la demande aux heures de pointe, soit l’équivalent de la consommation d’une ville comme Saint-Raphaël (34.000 habitants).

 

Côté exportation, la situation se redresse un peu. En 2010, la France a globalement exporté plus qu’elle n’a importé. Le solde positif a atteint 29,5 TWh, soit 19 % de mieux qu’en 2009, année la plus noire du commerce extérieur électrique depuis 10 ans. Les exportations ont dépassé les importations avec le Royaume-Uni, l’Italie, la Suisse. En revanche, l’Allemagne, la Belgique et l’Espagne (une première !) nous ont vendu davantage d’électrons.

 

Et avec la construction en cours d’une interconnexion transpyrénéenne, Madrid pourrait encore développer ses exportations de courant.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus