L'aluminium vise le secteur automobile

Le 29 juin 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
aluminium
aluminium

Pénétrer le secteur automobile est le prochain objectif de la société Alcoa, leader mondial de la production d'aluminium dont les recettes ont dépassé 23,5 milliards de dollars en 2004. Et pour ce faire, le groupe avance des arguments écologiques.

Lors d'une conférence du 15 juin sur le développement durable de juin, Randy Overbey, président du développement des métaux primaires pour Alcoa, a présenté l'ensemble des actions du groupe liées à l'environnement ainsi que sa vision de la politique à mettre en place les prochaines années, notamment concernant le réchauffement climatique.

Mettant en avant les efforts déjà déployés dans les secteurs des déchets et des économies d'énergie, l'industriel a insisté sur les avantages de l'aluminium dans le secteur automobile: «Nous pensons que l'utilisation élargie de l'aluminium dans les automobiles et les camions légers est bon pour l'environnement, l'indépendance énergétique, […]et les affaires», résume Randy Overbey. Selon lui, un véhicule moyen actuel contient environ 113 kilogrammes (kg) d'aluminium, par rapport à un potentiel d'au moins 180 kg. Au final, la diminution de la consommation de carburant (et donc celle des émissions de CO2) pourrait atteindre 6 à 8% étant donné la légèreté de l'aluminium.

Autre argument de poids: le recyclage. «Ce métal est si bien recyclable que 75% de l'aluminium produit depuis 1888 est toujours utilisé à l'heure actuelle», estime Randy Overbey. Le président du développement des métaux primaires se fonde sur une étude d'Alcoa intitulée «L'importance du recyclage dans le profil environnemental des produits métalliques». Alcoa a annoncé grâce à cette analyse de cycle de vie (ACV) pouvoir avoir un impact neutre en émissions de gaz à effet de serre dès 2017. C'est-à-dire que l'impact lié à la consommation d'énergie de la production d'aluminium serait compensé par les "économies" de consommation du secteur des transports qui utiliseraient l'aluminium.

Car Alcoa va diminuer de manière conséquente les émissions de CO2 liées à la production d'énergie. Selon le rapport, refondre l'aluminium recyclé consomme une énergie équivalente à 5% de celle consommée par l'aluminium non recyclé, soit 0,6 million de tonne de CO2 par million de tonne d'aluminium produit. Or, Alcoa qui utilise aujourd'hui 20% d'aluminium recyclé pour la fabrication de ses produits, affiche un objectif de 50% d'ici 2020.

En cherchant à imposer une bonne image de l'aluminium, Alcoa devrait faire face à de nombreux détracteurs. Outre le scepticisme lié aux calculs de l'ACV qui ne prend en compte que le transport, l'impact sanitaire du métal est encore discuté par les chercheurs. Selon l'Institut national de l'environnement et des risques (Ineris), certaines études lient l'exposition à l'aluminium (notamment présent dans l'eau potable) à la maladie d'Alzheimer, la sclérose latérale amyotrophique, la démence parkinsonienne, et le syndrôme de l'île de Guam. «Cependant le rôle de l'aluminium dans ces pathologies est encore sujet à débat», souligne l'Ineris dans sa fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus