L’Allemagne veut planter des éoliennes en forêt

Le 21 septembre 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des forêts dans lesquelles viendraient s’inviter quelques éoliennes ? L'Allemagne est pour, et a l’intention d’implanter des turbines supplémentaires dans les zones boisées du pays afin d’atteindre les objectifs de développement des énergies renouvelables que le pays s’est fixés, rapporte l’AFP le 20 septembre.
 
Pour sortir du nucléaire d’ici la fin de 2022 et atteindre 80% d’énergies vertes en 2050, toutes les pistes doivent être explorées. Les forêts allemandes couvrent un tiers du territoire, soit 11 millions d'hectares. Le ministère fédéral de l'environnement espère utiliser un peu de cet espace pour y implanter des aérogénérateurs supplémentaire, mais pas de n’importe quelle façon.
 
Les forêts «avec une flore et une faune anciennes et diversifiées» ne sont pas concernées; sont plutôt visées les plantations moins fragiles, comme celles d'épicéas ou de pins, a déclaré dans un communiqué le groupement d'associations écologistes Deutscher Naturschutzring (DNR), qui soutient la position ministérielle. En outre, les éoliennes tourneraient à 200 mètres de hauteur, bien au-dessus de la cime des arbres.
 
En France, l’implantation d’éoliennes en milieu forestier nécessite des modalités de cohabitation, voire de synergie, avec l’activité sylvicole.
 
Les parcs éoliens sont généralement installés dans des forêts exploitées et par conséquent sillonnées de pistes qui peuvent être adaptées à l’acheminement des éoliennes. «Les emprises résultant des parcs éoliens en forêt se limitent donc majoritairement à celles des plates-formes (environ 600 à 800 mètres carrés par éolienne), le plus souvent situées en bordure de piste», explique le ministère en charge de l’écologie français[1].
 
De manière générale, les espèces d’oiseaux forestières qui vivent dans les sous-bois ne risquent pas trop d’entrer en collision avec les pales des turbines, du fait de leurs hauteurs de vol. «Toutefois, certaines populations seront sujettes à ce risque si le parc éolien est implanté sur une voie de passage localisée, en particulier lorsqu’il s’agit d’espèces spécialisées vis-à-vis du milieu forestier plus sensibles à la perturbation et aux aléas que les espèces ubiquistes», met en garde le ministère.
 
En ce qui concerne les impacts des éoliennes sur les chauves-souris, le risque en milieu forestier n’est pas le même qu’en lisière. L’analyse doit donc se faire au cas par cas, en fonction des caractéristiques de la forêt concernée.


[1] Dans son guide de l’étude d’impact sur l’environnement des parcs éoliens de juillet 2010
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus