L’alimentation électrique de l’est de PACA bientôt sécurisé

Le 29 avril 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les travaux devraient coûter 170 millions d’euros.
Les travaux devraient coûter 170 millions d’euros.
RTE

C’est le début de l’aboutissement d’une sacrée bataille.

Vendredi 26 avril, RTE a lancé le «déroulage» des câbles à haute tension (225 kV) qui constitueront le «filet de sécurité» électrique de l’est de Provence-Alpes-Côte d’Azur. A l’instar de la péninsule électrique bretonne, l’approvisionnement en électricité du Var et des Alpes-Maritimes est des plus fragiles.

Ne produisant que 10% du courant qu’ils consomment, ces deux départements dépendent d’un seul câble à 400 kV pour leur approvisionnement d’électrons. Partant du poste électrique de Tavel, près d’Avignon, il dessert les grandes agglomérations régionales : Aix, Marseille, Toulon et Nice. En cas d’incendie sous la ligne, d’orage violent ou de panne, la région, et notamment le Var, les Alpes Maritimes et Monaco – en bout de péninsule - sont exposés à des risques de coupure. A quatre reprises, en 2005, 2008 et 2009, cette autoroute de l’électricité a été coupée, plongeant dans le noir plus de 2 millions d’habitants.

Pour réduire ce risque, le gestionnaire du réseau de transport (RTE) avait imaginé relier les postes de Boutre et de Broc Carros par une ligne aérienne à très haute tension. Ce projet avait fait l’objet d’une longue concertation (20 ans) et d’une très vive opposition locale. En juillet 2010, le Conseil d’Etat avait annulé la déclaration d’utilité publique, signant l’arrêt de mort de la ligne. D’où l’idée de créer des sortes d’itinéraires bis au réseau 400 kV pour renforcer l’alimentation de cette extrémité de la région, via trois lignes qui véhiculeront entre 600 et 800 MW.

Originalité: ces liens seront souterrains. «Cela diminue les risques d’exposition au feu et de rejet par les populations riveraines», justifie Dominique Maillard, le président du directoire de RTE. D’ici à 2015, la filiale d’EDF va tirer trois tronçons de lignes (Boutre-Trans, Fréjus-Briançon et Briançon-La Bocca), sur une centaine de km, en réduisant les impacts au minimum. L’essentiel de ce nouveau réseau suit de près le réseau routier existant.

Les prestataires du GRT mettent en œuvre des techniques de génie civil, moins productrices de déblai et demandant moins de matériaux d’apport. Autre nouveauté: 40% des fourreaux, dans lesquels sont insérés les câbles électriques avant d’être enterrés, sont produits dans une unité mobile, installée dans le Var; ce qui limite aussi les norias de camions. Au total, les travaux devraient coûter 170 millions d’euros.

Reste à savoir s’ils garantiront la sécurité d’alimentation de l’extrême sud-est sur une longue période. Ces dernières années, la demande d’électricité des Provençaux a progressé de plus de 2%/an : plus que la moyenne nationale. Raison pour laquelle, RTE a étendu à la région son dispositif Ecowatt d’alerte aux pics de consommation.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus