L’Alberta va autoriser la séquestration du carbone

Le 11 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La province canadienne attend, d’un jour à l’autre, la promulgation de deux textes très attendus par les électriciens et les pétrogaziers locaux. Votées par l’Assemblée régionale dans les dernières semaines de 2010, les lois 24 et 26 autorisent les opérations de captage et de séquestration géologique du CO 2 ainsi que l’exploitation industrielle du gaz de charbon.

 

La loi 24 permettra notamment aux exploitants de gisements pétroliers d’utiliser le dioxyde de carbone pour accroître la productivité et allonger la durée de vie des puits de pétrole. Une étude, de l’Alberta Carbon Capture and Storage Task Force, estime que l’injection de gaz carbonique dans les gisements pourrait accroître les réserves récupérables régionales de brut de 1,4 milliard de barils. De quoi augmenter de 25 milliards de dollars canadiens (19,48 milliards d’euros) le montant des taxes et royautés alloués au Trésor albertain.

 

La loi 26 révise le code minier local, ce qui permettra de développer l’exploitation de gaz non conventionnel, dont les réserves sont estimées à 500.000 milliards de pieds cubes (environ 14.158 milliards de mètres cubes), par l’Alberta Geological Survey.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus