L’Alberta durcit sa politique climatique

Le 26 juin 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les plus grosses installations industrielles vont devoir réduire leurs émissions de CO2
Les plus grosses installations industrielles vont devoir réduire leurs émissions de CO2

Le Canada ne prévoit pas de réaliser beaucoup d’efforts pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Mais cela n’empêche pas ses provinces d’aller de l’avant. Après le Québec et l’Ontario, qui ont décidé de rejoindre le marché californien de quotas d’émission, l’Alberta s’y met aussi.

 

Quelques semaines à peine après son élection, le gouvernement néo-démocrate albertain a publié, jeudi 25 juin, son programme climatique. Lequel déplaît considérablement à l’industrie pétrolière locale. La centaine d’installations industrielles émettant plus de 100.000 tonnes de CO2 par an vont devoir accroître leurs efforts de réduction. Jusqu’à présent, les industriels devaient réduire de 12% leur intensité carbone. Désormais, l’objectif est fixé à 15% pour 2016 et 20% pour 2017.

Pour réduire leur empreinte carbone, les entreprises albertaines disposent de 4 solutions: modifier leurs process, bien sûr, acheter des quotas d’émission ou contribuer au fonds régional du changement climatique et de la gestion des émissions. C’est aussi à ce fonds que les industriels qui auront dépassé leur plafond devront payer une taxe carbone, dont le montant est appelé à doubler d’ici 2017. Elle atteindra ainsi 30 dollars (26,8 €) contre 15 $ en 2015.

Depuis 2008, souligne Edmonton, ce fonds a collecté 575 M$ (513,4 M€), dont les deux tiers ont permis de financer une centaine de projets d’amélioration de l’efficacité énergétique ou de réduction des émissions de GES.

Le gouvernement régional estime que ce tour de vis va permettre d’abattre d’une dizaine de millions de tonnes les émissions annuelles de l’Alberta. Encore loin de l’objectif que s’est fixé la province pour 2020: -50 MtCO2. La ministre de l'environnement, Shannon Phillips, a également promis de réviser en profondeur la politique climatique provinciale dans les prochains mois.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus