L’Airbus des batteries charge ses accus

Le 14 janvier 2019 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Airbus de la batterie charge ses accus.
L'Airbus de la batterie charge ses accus.

Sans se presser, Bruxelles continue à paver le chemin d’une industrie européenne des batteries.

Etat cherche industriels avec reins solides pour projet franco-allemand, et plus si affinités. L’appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé ce 9 janvier par la Direction générale des entreprises vise à «identifier les acteurs qui pourraient participer, sur le territoire français, à un projet d’envergure concernant la conception et la production en Europe de cellules et de modules de batteries».

Batteries européennes

Il s’agit, en clair, de muscler le projet franco-allemand ‘d’Airbus des batteries’, relancé le 18 décembre 2018 par la France et l’Allemagne. Une alliance dont le potentiel économique, sur le marché européen de la batterie, est évalué à 250.000.000.000 euros par an à partir de 2025, selon les estimations de la Commission européenne. C’est à l’occasion de la 6e réunion des Amis de l’industrie que les deux pays ont annoncé qu’ils allaient coopérer dans les prochains mois «pour développer une approche commune en vue d’établir une production industrielle innovante et respectueuse de l’environnement de cellules de batteries en Europe».

Du franco-allemand à l’Europe

Un projet qui, s’il était conforme à certaines dispositions du droit européen, pourrait être qualifié de projet important d’intérêt européen commun (PIIEC). Cet AMI n’est assorti aujourd’hui d’aucun subside, mais l’avenir sera plus riche puisque, si le PIIEC parvient à son terme, l’aide consentie pourrait atteindre 100% des coûts admissibles, dans la limite du besoin de financements.

Batteries lithium-ion

Quel type d’industriels recherche Bercy? Ceux qui savent gérer toute la chaîne, depuis la production des matières premières nécessaires à la fabrication des différents composant de la cellule jusqu’au recyclage des batteries. Le projet technique proposé par l’entreprise doit présenter «de fortes innovations par rapport à l’état de l’art mondial dans le domaine», précise l’AMI, en écho au développement fulgurant et quasi dominant de la Chine. Enfin, l’accent est mis sur les batteries lithium-ion. Ce qui ne devrait pas déplaire à Total, récent acquéreur du fabricant de batterie Saft. L’AMI est ouvert jusqu’au 31 janvier.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus