L’Airbus de la batterie prêt à décoller

Le 02 mai 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le projet européen est moins ambitieux que la Gigafactory de Tesla.
Le projet européen est moins ambitieux que la Gigafactory de Tesla.
Tesla

 

La France et l'Allemagne passent la démultipliée pour mettre en œuvre leur projet de consortium européen de batteries de voitures électriques.

 

Ce jeudi 2 mai, les ministres français et allemand de l’économie ont officiellement présenté le projet franco-allemand de consortium européen de batteries de voitures électriques, auquel Bruxelles a donné son accord de principe, jugeant urgent de combler le retard de l'Europe face à la Chine.

Globalement, «5 à 6 milliards d'euros seront investis» dans cette initiative, a annoncé le ministre français Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse à Bercy avec son homologue allemand Peter Altmaier et le commissaire européen à l'énergie Maros Sefcovic.

Un quart de cette somme sera constituée de subventions publiques, auxquelles la Commission européenne a donné son accord de principe, et les trois quarts d'argent privé, a indiqué le locataire de Bercy.

deux usines en 2023

Lancé voilà 18 mois, ce projet devrait déboucher sur la construction d'ici deux ans d'une usine-pilote de 200 emplois en France; puis vers 2023 de deux usines de production, l'une en France, l'autre en Allemagne, susceptibles de créer 1.500 emplois chacune.

«C'est une étape majeure dans la longue histoire de notre industrie européenne», a souligné Bruno Le Maire, pour qui ce projet montre que l'Europe «n'est pas condamnée à dépendre des importations technologiques des deux grandes puissances que sont les Etats-Unis et la Chine».

décision en octobre

Selon Peter Altmaier, plusieurs entreprises européennes ont d'ores et déjà fait part de leur intérêt pour le futur consortium, à l'image du groupe automobile PSA et de sa filiale allemande Opel, et du fabricant français de batteries de haute technologie Saft, propriété du groupe Total.

Contacté par l'AFP, PSA a assuré que le dossier était «à l'étude» via sa filiale Opel, «dans un contexte de sécurisation à long terme des approvisionnements de batteries».

Selon le commissaire européen Maros Sefcovic, le feu vert de Bruxelles pour l'octroi de subventions publiques à cette filière européenne de batteries pourrait être donné avant la fin du mandat de l'actuelle Commission, à savoir octobre.

Inaugurée en 2017, la ‘gigafactory’ de Tesla emploie plus de 6.000 personnes et produit plus de 35 GWh par an de packs de batteries pour voitures électriques.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus