"L'AIE ne rend pas service à la France"

Le 29 juillet 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Antoine Bonduelle
Antoine Bonduelle

Consultant et expert-réviseur des travaux du GIEC, Antoine Bonduelle est un observateur avisé des politiques énergétique et climatique. A ce double titre, il livre aux lecteurs du Journal de l’environnement une lecture critique du dernier rapport de l’agence internationale de l’énergie (AIE) sur la politique énergétique française.

Vous ne semblez pas partager le satisfecit délivré par l’AIE à la politique énergétique française ?

Disons que les experts de l’AIE n’ont pas respecté certaines règles élémentaires pour un tel audit politique et énergétique.

 

C’est-à-dire ?

Ils n’ont travaillé qu’avec des documents fournis par le gouvernement français. A aucun moment, ils n’ont entendu des experts indépendants du pouvoir, à part, très rapidement, ceux dela Fondation NicolasHulot.C’est un comportement curieux. Pour d’autres audits, comme celui des Pays-Bas, ou encore dela Norvège , l’AIE a entendu des experts associatifs. Pas en France, pourtant le pays du Grenelle de l’Environnement.

 

Que faut-il en conclure ?

L’AIE n’ayant pas le droit de s’autosaisir, je pense que cela démontre une fois de plus les difficultés qu’a la direction générale de l’énergie et du climat (DGEC, une direction du ministère de l’écologie, ndlr) à dialoguer avec la société civile. La question du nucléaire continue aussi à leur donner des œillères.

Quel est le problème posé par l’utilisation unique de documents officiels, sur lesquels tout le monde se base pourtant ?

C’est simple, en étudiant des documents provenant d’une source unique, les experts sont pratiquement aveugles. Prenez la page 44 du rapport : il y est dit quelaFrancea lancé « un programme sans précédent de rénovation des bâtiments anciens. » Or, le bâtiment ancien est précisément l’une des limites du Grenelle de l’Environnement. Les deux lois Grenelle ne font état d’aucune mesure contraignante pour accélérer la rénovation du parc ancien, hormis les HLM ou les bâtiments publics. Présenter cela comme un succès est une contre-vérité.

Je suis aussi très étonné par les projections de consommation d’énergie. Les données publiées, pour le moyen terme parla DGEC , donnent l’impression trompeuse que l’avenir sera fait comme le passé.

Sur quelles bases, pouvez-vous l’affirmer ?

L’histoire, tout simplement. Si l’on regarde les trois dernières projections, pour 2010, fournies par le gouvernement à l’AIE (pour les rapports parus en 2000, en 2004 et en 2008, ndlr), on voit bien qu’elles toutes été surestimées par rapport à la consommation effectivement observée.

Les écarts sont importants ?

En 2000, le gouvernement affirmait que la production d’énergie primaire atteindrait 315 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) en 2010. On devrait effectivement atteindre 259 Mtep. Autre exemple : le rapport de l’AIE se base pour ses projections de demande d’électricité sur le rapport dela PPI(Programmation Pluriannuelle des Investissements), qui ne boucle son bilan qu’en projetant un niveau absurde d’exportations de 129 TWh nets. Ce chiffre n’est même pas cité par l’AIE qui prend pour argent comptant la vision de l’Etat. Cette projection ne tient aucun compte ni des données physiques, ni des besoins futurs de nos voisins. En disant cela, l’Etat se ment à lui-même.

A vous entendre, ce rapport n’est pas très intéressant.

Vu les moyens employés, la qualité n’est pas au rendez-vous. En produisant une telle analyse, l’AIE ne rend pas service àla France. Car , à aucun moment elle ne critique des projections irréalistes. Or, notre pays a pris l’engagement de réduire des trois quarts ses émissions de gaz à effet de serre, et il y a urgence au niveau mondial sur le climat et sur la ressource en pétrole. Ce n’est pas en publiant des chiffres délirants et en développant les centrales thermiques à gaz que nous y parviendrons.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus