L’AIE fustige les politiques énergétiques

Le 25 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Maria van der Hoeven fustige la lâcheté des ministres de l'énergie.
Maria van der Hoeven fustige la lâcheté des ministres de l'énergie.

Dans une édition de son rapport annuel, déjà ancienne, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estimait que notre politique énergétique globale n’était pas «durable».

Alors que les ministres de l’énergie des 23 pays les plus gros énergivores de la planète se retrouvent à Londres pour un sommet spécial, l’agence de l’énergie des membres de l’OCDE récidive.

Dans une tribune publiée, ce matin, par le site du Guardian, la directrice exécutive de l’AIE enfonce le clou.

«Notre addiction aux énergies fossiles progresse d’année en année, écrit Maria van der Hoeven. Il existe pourtant beaucoup de technologies propres, mais elles ne sont pas déployées suffisamment vite pour éviter les conséquences à venir qui sont potentiellement désastreuses.»

«Nos politiques actuelles sont inacceptables, précisément parce que nous en sommes responsables et qu’il est temps d’agir. Les émissions de CO2 imputables à l’énergie sont des à niveaux jamais vu dans l’histoire, et si les politiques actuelles n’évoluent pas dans le bon sens, la consommation d’énergie et les émissions de CO2 progresseront d’un tiers d’ici 2020 et doubleront presque d’ici 2050. Ce qui devrait accroître de 6°C la température moyenne globale d’ici la fin du siècle», souligne l’ancienne ministre néerlandaise.

Ce qui correspond aux plus pessimistes des projections publiées par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) dans son 4e rapport d’évaluation.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus