Fruits, légumes et viticulture bio: mariage R&D dans le sud-est

Le 04 février 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Une UMT 100% bio
Une UMT 100% bio
Servane Penvern

L’Institut national pour la recherche agronomique (Inra) et l’Institut de l’agriculture et de l'alimentation biologiques (Itab) ont lancé une unité mixte technologique (UMT) consacrée à l’horticulture biologique, la première œuvrant uniquement dans le bio.

Créées en 2006 par le ministère de l’agriculture, les UMT associent des organismes de recherche et de développement pour une durée de cinq ans, renouvelable une fois, visant à associer recherche publique et appliquée sur un même territoire. Il en existe à ce jour 36 en France.

Agréée le 1er janvier par le ministère de l’agriculture, l’UMT SI-BIO («Comprendre, co-concevoir, évaluer et développer en synergie des systèmes horticoles bio innovants») est la première ayant trait spécifiquement à l’agriculture biologique, en l’occurrence à l’horticulture (fruits, légumes, viticulture).

Entre le Vaucluse et la Drôme

Implantée sur deux centres Inra, celui d’Avignon et l’unité expérimentale de recherches intégrées de Gotheron (Drôme), elle associe l’Inra et l’Itab, en collaboration avec plusieurs acteurs de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur[i], région qui détient le record de surface agricole utile en bio (23,2%, fin 2017).

L’objectif de cette UMT est de «développer des connaissances, des méthodes et des outils pour renforcer les capacités des acteurs de l’agriculture biologique à améliorer et maîtriser les performances des systèmes horticoles biologiques et à faciliter les transitions vers de tels systèmes», expliquent l’Inra et l’Itab.

Il s’agit de regrouper «divers métiers et disciplines»œuvrant dans le bio, souvent de manière éclatée, afin de «mieux structurer et de donner de la visibilité à cette recherche», explique au JDLE Natacha Sautereau, chargée de mission sur les questions de durabilité à l’Itab. Outre des agronomes, la «quarantaine de personnes»  (10 équivalents temps plein) de l’UMT compteront des écologues et des sociologues.



[i] Le Groupe recherche en agriculture biologique (Grab), Bio de Provence-Alpes-Côte d’Azur, la chambre régionale d’agriculture de Paca, l’Association provençale de recherche et d’expérimentation légumière (Aprel).

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus